Retour sur Titan, de Stephen BaxterAnnée 3685. L’humanité a essaimé à travers le Système solaire et un nouvel âge d’or s’offre à elle. Une renaissance qui doit beaucoup à un homme, Michael Poole, ingénieur brillant dont les inventions ont joué un rôle crucial dans l’expansion humaine. Mais Poole voit plus grand. Plus loin. Or pour cela il lui faut des ressources à la mesure de sa démesure — une manne qu’il pourrait bien dénicher sur Titan, l’un des derniers lieux encore inexplorés du Système. Quitte à s’aventurer dans les entrailles glacées du satellite de Saturne… et y découvrir l’impensable.

Le Bélial – 157 pages – 9,90 euros.

Une chevauchée poétique au travers du système solaire…

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Le Bélial pour l’envoi de cette nouvelle publication de la collection Une Heure Lumière, que j’apprécie tout particulièrement pour en avoir déjà lu et chroniqué auparavant. Stephen Baxter n’est plus un auteur à présenter, surtout dans l’univers de la science-fiction, notamment pour l’Odyssée du Temps, coécrite avec le célèbre Arthur C. Clarke. Stephen nous montre encore une fois l’étendue de ses talents et de son imagination au travers d’une novella inédite : Retour sur Titan.

En l’an 3685 du quatrième millénaire, Michael Poole était un inventeur reconnu pour ses trouvailles fabuleuses. Il réussit, à force d’acharnement, et avec l’aide de ses collègues, à agrandir des failles naturelles de l’espace-temps, disséminées dans le système solaire, pour y faire transiter des vaisseaux spatiaux de toutes sortes. La notion de temps était alors devenue banale dans le cadre des voyages spatiaux, puisque tout le système solaire, ou presque, était désormais à portée de main en quelques heures à peine.

Le prologue nous conte l’histoire d’une sonde spatiale, envoyée depuis la Terre dans le but de sonder les abîmes de Titan pour en percer les secrets. Sept ans furent nécessaire pour que cette sonde parvienne à toucher la surface du satellite de Saturne, et sa mission fut de très courte durée, quelques minutes à peine pour envoyer toutes ses précieuses données en direction des ingénieurs de notre planète. Peu de temps après l’extinction de ses batteries, une pince mystérieuse saisit l’objet terrien et l’emporta avec lui on ne sait où

Jovik Emry travaillait pour le compte du comité de surveillance intra-système du respect des lois de sentience en tant que gardien. Il était donc chargé de veiller à ce que chaque monde abritant une espèce vivante capable de ressentir, dans le sens large et philosophique du terme, soit protégé par la loi afin d’éviter sa conquête ou sa disparition. C’est ce métier qu’il exerçait qui lui donna l’accès à un vaisseau nommé Bernard-l’ermite, contre sa propre volonté. Ce dernier était piloté par Harry Poole, le père de Michael, et son équipage composé de Bill et Miriam.

Si Jovik faisait partie de l’équipage, c’était parce qu’il avait été enlevé et rapatrié dans ce vaisseau dans un seul et unique objectif : les conduire jusqu’à Titan sans soulever la curiosité du comité de surveillance dans lequel il travaillait…

Des enjeux puissants sur fond de profits au cœur de Titan

Déjà, j’ai toujours trouvé les couvertures de la collection Une Heure Lumière d’une très grande qualité. Leurs illustrations savent être sobres et, en même temps, très percutantes. J’apprécie de pouvoir lire ce type de format court, ne serait-ce que pour découvrir l’univers d’un auteur le temps d’une lecture brève et intense. Je connaissais déjà Stephen Baxter au travers d’autres écrits, mais ses talents sont toujours aussi exceptionnels et c’est avec joie que j’ai pu lire à nouveau une de ses histoires.

Avec cet auteur, on plonge évidemment dans de la hard science-fiction, tout de même vulgarisée et compréhensible auprès d’un bon panel de lecteurs. L’aspect scientifique paraît réel et d’une cohérence parfaite, alors qu’une couche d’imaginaire vient romancer et sublimer les connaissances que peuvent apporter cette novella pleine de charme. Les personnages sont attachants, ou même antipathiques, mais ne laissent en tout cas pas indifférents. Il y a un réel combat philosophique entre les mœurs humains et les profits que peuvent générer les activités de la famille Poole. Retour sur Titan peut donc être appréciée par ses qualités scientifiques, mais aussi humaines par les réflexions qu’elle nous tend à méditer.

L’intrigue est posée sur des bases solides, et sait nous amener dans ses rebondissements et bouleversements de situation sans même qu’on ne s’y attende. Du début jusque la fin, j’ai été surpris par l’ensemble des événements qui se sont produits au cours de ma lecture. Les descriptions de l’auteur sont d’une netteté irréprochable, et on aperçoit visuellement les différents décors imaginés sans aucun mal. Ce récit a su me captiver, me transporter au cœur de Titan, et me faire rêver bien au-delà de mes espérances. Qui sait ce qui peut bien se passer sur la surface bien dissimulée de ce satellite de Saturne ?

Ma note : 4,5/5

Commentaires

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It