La Quête d'Ewilan : Les Frontières de glace, de Pierre BotteroEn Gwendalavir, Ewilan et Salim partent avec leurs compagnons aux abords des Frontières de Glace pour libérer les Sentinelles garantes de la paix. Ils repoussent en chemin les attaques de guerriers cochons, d’ogres et de mercenaires du Chaos, résolus avec les Ts’liches à tuer Ewilan, mais se découvrent un peuple allié : les Faëls. Salim se lit d’amitié avec une marchombre aux pouvoirs fascinants, tandis qu’Ewilan assoit son autorité et affermit son Don. Mais pour prétendre délivrer les Sentinelles, elle devra d’abord percer le secret du Dragon.

Rageot Editeur – 314 pages – 12,50 euros.

Un second tome détonnant qui nous amène dans la quête désespérée d’Ewilan !

Deuxième lecture en date des péripéties de la jeune Camille, alias Ewilan, plongée dans le monde de Gwendalavir. Depuis son pas sur le côté, tout a changé du tout au tout dans son existence. Elle se découvre une destinée fantastique, beaucoup plus enrichissante que son ancienne vie, où elle joue un rôle particulièrement important et même primordial. Et ce ne sont pas les résultats de son test qui vont prouver le contraire. Sa puissance est phénoménale, et de nombreux secrets demeurent encore dissimulés derrière le visage d’Ewilan.

L’introduction, qui fait office de prologue, nous rappelle les premiers événements de l’intrigue du premier tome. Le professeur Doume Fil’ Battis demandait à avoir le silence, devant cette salle de classe envahie par un assourdissant vacarme. Mais plus qu’un simple prof, il était le chroniqueur de l’Empire, et il allait débuter son allocution par un personnage de haute importance, Ewilan Gil’ Sayan. Elle incarnait à elle seule l’Art du Dessin, alors qu’elle a dû affronter son passage vers l’autre monde dans lequel elle vit actuellement. La guerre était partout autour de l’Empire, et les ennemis étaient nombreux. Seules les Sentinelles avaient le pouvoir de réduire ces affrontements à néant, mais ils étaient relégués au rang de Figés, immobilisés et paralysés, et impossible pour eux de changer quoi que ce soit au cours des événements terribles qui frappaient le pays.

Artis Valpierre était un rêveur d’Ondiane, cité dans laquelle il avait élu domicile. Il avait choisi de mettre toute sa vie dans les mains du rêve, afin d’améliorer ses talents en la matière et de pouvoir exercer ce métier. Un groupe de voyageurs venait de s’arrêter dans la ville, à la recherche d’une aide précieuse pour soigner l’un d’entre-eux, gravement blessé lors de leurs aventures. C’est Artis qui fit un rêve de guérison et qui sauva une jeune femme, Ellana, d’une mort certaine s’il n’était pas intervenu à temps. Artis voulait voir son supérieur, qui lui avait ordonné de prendre soin des nouveaux arrivés, et il ne comprenait pas pourquoi les deux adolescents qui étaient avec eux ont disparu peu de temps après leur arrivée, sans ne laisser aucune trace. Artis n’était pas non plus joyeux à l’idée de voir ce petit groupe s’entraîner dans la cour de la fontaine…

Une volonté de fer au cœur du groupe mené par Edwin pour tenter de reprendre le contrôle de l’Imagination et de ses Spires…

À l’instar du premier tome, D’Un Monde À l’Autre, j’ai été tout de suite plongé de nouveau dans l’histoire de Camille et Salim, sans omettre ses nouveaux compagnons de route. Je me suis facilement rappelé les événements survenus dans ma lecture précédente, et le prologue n’est pas inutile en ce sens. Il permet de nous remémorer et de nous recentrer sur la trame de cette intrigue, j’ai apprécié le geste, qui devient fort utile lorsqu’on enchaîne plusieurs séries littéraires différentes ! Ewilan reste toujours une jeune fille attachante et très efficace lorsqu’elle le décide, dotée d’une maturité sans pareil, mais sans forcément tirer un trait sur son humour, parfois malhabile, qui rappelle son jeune âge. Salim en fait de même, et son inconscience fait décidément partie de lui, même s’il a tendance à gagner en confiance et à s’affirmer davantage, de personnage en retrait, qui ne savait pas ce qu’il faisait en ce monde, il commence à y trouver sa place et à prendre en importance. Edwin, le maître d’armes, est un protagoniste exemplaire, presque sans défaut quand il s’agit de défendre de nobles causes, mettant toutes les possibilités de son côté pour parvenir à ses fins. Et même si des choix s’avèrent difficiles, c’est avec précision et rapidité qu’il sait donner des ordres à ses compagnons.

Le groupe, avec en tête Edwin, va traverser des contrées hostiles et rencontrer beaucoup de créatures sauvages. Mais c’est sans compter sur l’aide de chevaliers, d’un soigneur et de combattants féroces, qu’ils vont poursuivre leurs desseins au travers de décors fabuleux. J’ai adoré les personnages de Bjorn et de Ellana, qui apportent une touche de gaieté et beaucoup de mouvement dans l’intrigue. Cette dernière est une femme pleine de surprises qui allie énormément de qualités. Un autre personnage a d’ailleurs fortement attiré mon attention, mais le dévoiler ne ferait que spoiler une partie de l’histoire. Disons qu’il est très fort ce petit, et rudement intelligent en plus de ça ! La quête que nos personnages poursuivent est d’une importance capitale, et va les emmener dans des zones sauvages où le danger peut survenir à n’importe quel moment. Et ce sont les bêtes qui y vivent qui sont intéressantes, surtout en vue de leur taille, oscillant entre le gigantesque et la taille d’un rat, et des différentes créatures aux pouvoirs insoupçonnés.

Ce second tome m’a clairement davantage plu que le premier, et nous place encore plus profondément dans l’action et la volonté des personnages. Il en ressort une humanité nouvelle, de nouveaux liens d’amitié se créent, des pactes se matérialisent, comme des promesses qu’il est obligatoire de tenir et qu’il ne faut pas prendre à la légère. Ce livre comporte son lot de révélations, et d’hypothèses qui passent rapidement, sans qu’on ne s’y attarde, et qu’il faut attraper au vol et laisser mûrir dans un coin de notre tête. Peut-être un signe d’une révélation future, encore plus conséquente que les autres ? J’apprécie toujours autant cette magie de l’Imagination, ses possibilités qui se décrivent au travers des paysages et des villes que notre groupe va traverser, avec de belles images à la clé et des cités féeriques qui prêtent à rêver

Ma note : 4,5/5

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Quentin Turquet (@blog_acaniel) le

Quentin

Blogueur littéraire

A propos de l'Auteur

Chroniques audiovisuelles, escapades culturelles et chroniques littéraires des littératures de l'imaginaire : Science-fiction, Fantasy et Fantastique - SFFF.

Voir les Articles