La Fraternité du Panca - Tome 1 : Frère Ewen, de Pierre BordageDes pilotes assurent avoir vu le mythique pentale, aussi grand que les vaisseaux stellaires. Les témoins disent son vol à la fois gracieux et majestueux, puissant et léger, admirable à tous égards. Celui qui l’a vu voler est à jamais métamorphosé, comme touché par une grâce aux dimensions de l’infini. La vie est douce pour Ewen sur la planète Boréal, quand il reçoit l’appel de la Fraternité pour reconstituer une chaîne quinte, procédure d’exception : une menace pèse sur toutes les espèces vivantes de la Galaxie. Premier maillon de la chaîne, il doit se rendre sur la lointaine Phaïstos. De son côté, Oleo, treize ans, et sa famille, bannis de leur communauté, cherchent à rejoindre la lune de Hyem, d’où décollent les vaisseaux en partance pour les mondes les plus reculés. L’un par sacrifice et l’autre par amour vont choisir de vivre l’aventure unique d’un voyage interstellaire de quatre-vingts ans.

L’Atalante – 446 pages – 15 euros.

Un premier tome aux décors exceptionnels et à l’intrigue ficelée avec une précision chirurgicale !

Cela faisait longtemps que je n’avais pas ouvert un vrai roman de science-fiction, et plus particulièrement de space-opera. Ce sous-genre promet souvent de beaux voyages aux confins de l’espace. Le nom de Pierre Bordage tournait aussi dans mon esprit. C’est un auteur que je ne connaissais que de nom, sans jamais l’avoir encore lu. Vais-je poursuivre la lecture de sa série ? La suite un peu plus bas ! 😀

La Fraternité pancatvique est une organisation mystérieuse qui aurait influé l’histoire récente de la Voie Lactée. Ce sont les frères du Panca qui la constituent, disséminés sur les mondes habités, alors qu’ils restent parfaitement discrets parmi les populations. On dit qu’ils connaissent l’existence des fréquences universelles, capables d’envoyer des communications à travers l’espace de façon instantanée. On ne dispose que de deux façons de discerner avec précision un frère du Panca. Premièrement, il détient une arme, le cakra, qui ressemble à un disque métallique capable de lancer des cercles de feu. Deuxièmement, chaque membre de la Fraternité se voit implanté une puce vitale, détenant une mémoire artificielle qui peut être transférée dans le cortex cérébral d’un autre frère si le besoin vient à s’en faire sentir. Il existe, en ce monde, une légende dite de la quinte, où cinq implants peuvent être réunis en un seul et même frère. Cet assemblement peut contrer une menace planant sur les espèces vivantes. Selon toute vraisemblance, la Fraternité des Panca ne serait que pure affabulation. Elle n’existe pas, tant qu’aucune preuve de son existence n’est avérée.

Ewen vient de ressentir l’appel de la Fraternité. Il admire le paysage, cette grève au bord du lac qu’il foule chaque jour au lever du jour. Le silence de l’appel contraste avec son étonnante puissance, qu’Ewen ressent comme un cri empli de souffrance. Il se rend à l’évidence, malgré la beauté des massifs environnants, il ne peut échapper à sa mission.  Il savait que sa vie ne serait plus sienne, dès lors qu’il aurait choisi de faire partie des Panca. Son existence avait changée. Ses aspirations ne revêtent plus aucune importance à ses yeux. Il regarde sa maison, en contrebas, qui représente sept années de bonheur pendant lesquelles il a fondé une famille. Un choix va pourtant devoir se faire. Rester ou… partir.

Un space-opera aux distances impensables, aux destins qui s’entrecroisent comme par magie…

Ce roman est étonnant par sa capacité à me faire passer d’un avis à l’autre en très peu de temps. Au départ, j’ai ressenti un peu de difficulté à cerner l’intrigue. Il faut dire que ce roman n’est peut être pas le plus accessible. Beaucoup d’explications, de scènes parfois tirées en longueur, et surtout, trop peu de dialogues pour aérer ce tumulte incessant de décors et de personnages. Je pensais que cette lecture serait un échec, toutefois j’ai été surpris par la seconde partie de l’histoire. Tout est devenu plus limpide à mes yeux, comme si tout ce que j’avais lu jusqu’à présent prenait enfin tout son sens. Là, j’ai commencé à ne plus regretter d’avoir un peu ramé. Les personnages deviennent plus compréhensibles, je me suis fort attaché à certains d’entre-eux. C’est aussi à ce moment que j’ai senti toutes les émotions qui se dégageaient de ce texte. Un formidable panel de sentiments qui m’ont beaucoup plu et qui m’ont permis de me lancer dans une lecture plus immersive.

J’ai été conquis par l’univers complexe et nuancé proposé par l’auteur. La Fraternité, dont fait partie Frère Ewen, s’immisce au cœur de cette intrigue aux multiples embranchements. On y retrouve la vie de plusieurs personnages, explicitées dans des chapitres séparés. Voilà qui donne envie de vite progresser dans sa lecture pour suivre les péripéties de son personnage favori. Si vous les appréciez tous, là c’est encore mieux et ce roman deviendra hyper addictif pour vous ! Ce n’est pas spécialement Ewen qui m’a le plus marqué, mais plutôt le duo composé de Sayi et Olmeo. Je ne sais pas vraiment ce qu’il s’est passé, mais je me suis lié très fortement à Sayi. Sa façon d’être, de penser, de vivre et de diriger sa vie, cet ensemble étonnant et particulier m’a touché et donné envie de la connaître davantage. Pareil pour Olmeo, un homme touchant qui va au-delà des limites par amour. C’est cette histoire d’amour complexe et pourtant si touchante qui donne un vrai coup de fouet à l’intrigue.

Mêler les sentiments humains avec les technologies de transport spatial en vogue, voilà un habile patchwork fort séduisant. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre chaque petit dénouement, chaque petit passage bien ficelé qui rappelle que tous les coups sont permis pour surprendre le lecteur. C’est une histoire qui se déroule sur un temps extrêmement long. Certains chapitres passent d’un extrême à l’autre, comme des bonds dans le temps impressionnants. Heureusement, quelques repères temporels et physiques viennent éradiquer les doutes temporels ! Il y a beaucoup de contes, d’histoires en rapport avec la conquête spatiale et l’apparition de différentes religions et sectes capables de mener à bien des missions néfastes pour les êtres vivants. Difficile d’évoquer l’ensemble des qualités qui font de ce premier tome une mise en bouche idéale pour dévorer la suite. Quand l’amour et la famille se mêlent avec les étoiles, les émotions n’ont pas fini de surprendre.

Ma note : 4,5/5

Quentin

Blogueur littéraire

A propos de l'Auteur

Chroniques audiovisuelles, escapades culturelles et chroniques littéraires des littératures de l'imaginaire : Science-fiction, Fantasy et Fantastique - SFFF.

Voir les Articles