Yesterday's Gone - Saison 2 - Episode 3 et 4, de Sean Platt et David Wright Au Sanctuaire, sous l’égide de l’étrange et mystique Prophète, le groupe mené par Mary et Desmond tente de s’adapter. Ici, ils semblent en sécurité, même si leur raison leur crie que ce lieu est malsain.
La Boricio Team, quant à elle, a la présence d’esprit de se tenir à distance de ce qui ressemble trop à une secte apocalyptique. Mais en son sein, la tension entre Charlie et Vic monte.
De son côté, Brent peine à croire l’inconcevable révélation que lui assène Edward. De celles que la raison réfute de toutes ses forces, et qui, pourtant, expliqueraient tant. Et, surtout, qui redonnent espoir.
Une tornade va à nouveau chambouler leur vie à tous et redistribuer les cartes. Rien ne leur sera épargné.

Outrefleuve – 220 pages – 11,90 euros.

De nouveaux épisodes dans la lignée des précédents, emprunts d’une tension grandissante et de mystères…

À peine terminé les épisodes un et deux de la saison deux que j’enchaîne sur la suite. Tant que j’ai les personnages et l’univers en tête, autant poursuivre sur ma lancée. Surtout que le final des deux précédents épisodes laissent une marque indélébile dans mon désir de découvrir ce qu’il va advenir ! J’avais une hâte incommensurable de continuer, et maintenant une hâte de vous faire partager mon avis ! 😀

Cela se passait cinq mois avant la grande disparition. Celle qui avait supprimé la majorité de la population de la surface de la planète. Rebecca s’était endormie. Elle venait de se réveiller, regardant partout dans sa chambre, la vie encore embrumée par ses songes. La Lune donnait de sa splendeur dans la pièce. Il n’y avait nul besoin de quelconque lumière pour s’y déplacer aisément. Il était 10h14. Depuis quinze nuits, et sans exception, ses pensées la dirigeant inconsciemment vers le même rêve. Sauf que cette fois, le rêve était plus net, plus marqué que d’habitude, comme si quelque chose avait changé. Elle rêvait de sa mère, qui ne l’avait pas frappé lors de ce songe. Mais elle l’aurait sûrement fait si elle ne s’était pas réveillée aussi tôt. Elle maintenait et tirait Alexia derrière elle, sa sœur, et le corps de sa mère semblait disparaître comme une nébuleuse à mesure qu’elle s’approchait. À chaque réveil, elle voyait encore cette aura qui nimbait sa mère. Et toujours cette sensation d’appréhension qui suivait cette vision…

Ce n’était qu’un rêve. Elle chassa ces visions et ces étranges sensations venues des tréfonds de son inconscient pour se lever. Sa vessie lui ordonnait d’aller se rendre aux toilettes. Elle passa devant la porte d’Alexia et décida d’y jeter un rapide coup d’œil. Elle avait quinze ans, soit trois de plus que Rebecca. Elle n’arrêtait plus de s’attirer des ennuis, ce qui exaspérait Rebecca. Elle aurait voulu qu’il y ait davantage de cohésion entre sœurs, qu’elles soient plus intimement liées. Maman la rouspillait sans arrêt, la traitant de mauvaise fille. Alexia faisait tout ce qu’elle désirait, sans se soucier de la parole du Seigneur. Elle plongeait doucement de l’autre côté, vers les interdits. Rebecca voulait que sa sœur soit comme elle, une petite fille sage qui reste droite et humble comme on le lui avait inculqué. Rebecca entra dans la chambre de sa sœur. Elle remarqua un bien étrange manège dans le lit. Ce n’était pas sa sœur, mais un amas de coussins, qui se tenaient sous la couette. Alexia avait disparu. Rebecca s’empressa alors d’aller alerter sa mère.

Un univers post-apocalyptique qui commence lentement à se dévoiler !

Encore une fois, ces deux épisodes ont su capter mon attention sans défaillir une seule seconde ! Il y a cette variété de personnages et de personnalités qui créent une diversité folle dans l’histoire. Les protagonistes forts dévoilent leurs caractères et tous sont un peu fous à leur manière. Ils évoluent dans ce monde nouveau totalement inhospitalier. Et les révélations vont bon train ! Je pensais qu’il serait difficile de faire mieux que lors du final du second épisode, et pourtant, c’était ne pas faire confiance aux auteurs. Le monde dans lequel ils évoluent ne serait pas le même que celui avant ce fameux 15 octobre, où tout a basculé. Voilà qui épaissit encore la couche de mystère. Comme quoi, c’est sympa de révéler de nouvelles choses, mais cela augmente considérablement le nombre de questions que je me pose. Est-ce vraiment la bonne solution ? 😛

À en voir l’imagination débordante des auteurs, je pense qu’ils ne vont pas s’arrêter aussi vite dans leur récit à la forme originale. Les épisodes se lisent rapidement, et ne laissent aucune chance à l’ennui et aux distractions extérieures. Ce qui en fait une histoire rudement efficace ! Le récit est porté par ses personnages les plus charismatiques et énigmatiques. Luca est toujours aussi mystérieux, peut-être pas autant que Will, qui l’a retrouvé grâce à ses rêves, mais tout de même. Ryan devient une personne à suivre, après les révélations qui le concernent où il aurait été mordu par des aliens. Il apparaît vers la fin de l’épisode quatre, et malgré sa courte présence dans l’intrigue, il restera auréolé de nouveaux mystères ! Il y a toujours cet excellent Boricio avec son caractère bien trempé et ses pensées très primaires, qui sait remettre un coup d’applomb là où il le faut. Même si ce n’est jamais très beau, il a au moins le mérite de renouveler l’action.

Le meilleur pour la fin, c’est l’apparition du personnage du Prophète. C’est ici qu’on apprend à le connaître comme à le détester, ou l’aimer si vous êtes un peu sadique. Je ne me permettrais pas de vous juger ! Lui et toute sa bande de petits louveteaux vont prendre part au récit. Même John y entre en ligne de compte, en se rapprochant de la religion prônée par le Prophète. Si vous pensiez que les aliens étaient des êtres infâmes, vous n’êtes pas au bout de vos surprises. J’ai adoré ce renouveau, avec toutes ces nouvelles rencontres. On commence à entrer dans les petits secrets de Black Island et du Sanctuaire – lieu de villégiature autoproclamé par le Prophète qui semble échapper à toute menace -, alors que d’autres en restent toujours au même point : on ne sait rien, nada ! C’est au travers de scènes qui donnent envie d’entrer dans son livre pour s’adonner à des meurtres que ce récit poignant se poursuit. L’ambiance sombre et glauque s’étiole à mesure que de nouvelles questions se posent, et que de nouvelles théories émergent pour tenter de comprendre et de prévoir l’imprévisible.

Ma note : 5/5

Écrire un commentaire

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It