Steampunk

Le Worldshaker, de Richard Harland


Le World Shaker, de Richard HarlandLe jeune Col Porpentine apprend qu’à sa majorité il sera appelé à succéder à son grand-père, aux commandes du Worldshaker, le gigantesque navire-monde sur lequel il vit depuis toujours. Quelle fierté de se retrouver à la tête de cette société.

Mais un jour, la jeune Riff fait irruption dans sa cabine et le supplie de ne pas la livrer aux autorités. Avec son énergie et sa désarmante franchise elle va lui ouvrir les yeux sur les horreurs commises par cette société qu’il croit connaître. La révolution, qui gronde depuis les entrailles du vaisseau, est en marche… Parviendront-ils à arrêter la course folle du Worldshaker, lancé dans une destruction de l’humanité ?

Hélium – 362 pages – 14,90 euros.

Du steampunk immersif et entraînant…

Voilà bien longtemps que je désirais me lancer de nouveau dans une lecture steampunk ! C’est chose faite désormais, et je n’en suis absolument pas déçu. J’avais un peu peur que le côté « histoire d’amour » fasse du Worldshaker un roman à l’eau de rose sur fond de rouages, mais mes craintes ont été rapidement dissoutes. D’ailleurs, en me documentant pour cette chronique, je me suis rendu compte qu’il existait une suite. Je pensais que c’était un one-shot initialement…

Colbert Porpentine fait parti d’une noble famille, la plus puissante du mégalonef dans lequel dix mille personnes vivent. Le Worldshaker – car tel est son nom – est immense, et la vie comme le travail s’organisent sur un empilement de ponts, comme un mille feuille de fer et de vapeur. Cette notion de ponts est très importante, ceux des ponts supérieurs et des ponts inférieurs ne fréquentent pas le Dessous. Il leur est d’ailleurs impossible de communiquer entre eux, puisque les niveaux sont – quasiment – étanches l’un à l’autre.

Les machineries, les chaudières, les pistons et les roues dentées propulsent le mégalonef sur les mers comme sur les terres. C’est au cœur du Dessous, dans un mélange odorant d’huile, de vapeur et de crasse, que vivent les Immondes. Ils sont les reclus du Worldshaker, et personne, dans les rangs supérieurs comme inférieurs, ne les imaginent comme des êtres humains à part entière. C’est alors que les classes sociales entrent en jeu, avec leur lot de préjugés et de rivalités.

La famille des Porpentine accueille Sir Mormus, le commandant suprême du Worldshaker. Et alors qu’une chasse à l’homme s’organise dans les ponts supérieurs pour tenter de retrouver une Immonde, Colbert Porpentine la retrouve cachée sous son lit. Il va devoir choisir entre la cause de son grand-père, Sir Mormus, qui désire faire de lui son successeur, ou choisir la cause des Immondes, qui cherche à bouleverser le pouvoir en place au travers d’une assemblée révolutionnaire.

J’ai sincèrement adoré ce roman. La plume de l’auteur est nette, compréhensible et imagée. On voit tout de suite où Richard Harland veut nous emmener et ce qu’il souhaite nous faire voir. Les personnages sont nombreux, mais tous possèdent une personnalité intéressante qui sait les départager. Dédicace à mon personnage préféré, qui n’est rien d’autre que le professeur Gibbon ! Il est quand même sacrément cinglé, surtout au point de me faire éclater de rire en pleine lecture… 😛

Tout au long de cette lecture, on sent l’ambiance steampunk qui règne. Entre les éléments mécaniques, les vibrations décrites, les cheminées, les rouleaux et la vapeur, on se sent pris dans un univers détaillé et dangereusement immersif. Les scènes d’action sont toutefois assez rares, ce qui n’empêche pas de faire avancer l’intrigue en douceur par moments. Le suspense n’arrive réellement qu’au niveau de la fin, là où tout de précise et où des vérités éclatent. Le début est davantage axé sur la visite du mégalonef et la mise en place de l’univers. J’apprécie tellement ce type de lecture que je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Autre avantage aussi, les chapitres sont très courts, donc on a vite fait de poursuivre au-delà de ses attentes ! Allez, encore un chapitre… 😀

Alors si vous recherchez un bon roman steampunk divertissant, qui sait vous déconnecter de la réalité, vous ferez certainement le bon choix ! 😉

Ma note : 4,5/5

Fantastique
La Mort du Temps, de Aurélie Wellenstein
Fantasy
Le Puits des Mémoires – Le Fils de la Lune, de Gabriel Katz
Fantasy
Aeternia – L’Envers du Monde, de Gabriel Katz

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)