SAIA, de Guillaume MadelpuechLa Guerre entre l’Iran et les Etats-Unis aura-t-elle lieu ? Un attentat contre un centre de recherche en intelligence artificielle du titan de l’internet Nohôs, à Dubaï, menace d’entraîner toute la région dans un redoutable engrenage géopolitique. Une course contre la montre s’organise sur fond de guerre informatique, de crise financière et de manœuvres diplomatiques et militaires.
Un thriller politico-militaire qui jette une lumière originale sur les relations entre GAFA et grandes puissances, et qui propulse le lecteur au cœur des arcanes du pouvoir et face aux plus grands défis de notre temps…

Roman auto-publié – 366 pages – 2,99 euros (ebook) – 9,99 euros (broché).

Un roman au suspense saisissant alliant guerre technologique et guerre physique alors que des tensions minent le monde entier…

Je tiens à remercier Guillaume Madelpuech pour l’envoi de ce roman. Quand il m’a demandé si je voulais bien chroniquer son livre, je n’ai pas hésité. La quatrième de couverture ouvre la voie à pas mal de réflexions et donne clairement envie de se mêler dans les mots de cette histoire, qui oscillent entre guerre et nouvelles technologies.

Salah venait d’arriver devant le portail sécurisé de la villa. Il reconnaissait l’endroit. La rue déserte contrastait avec l’animation d’un Dubaï au climat plus clément. Sous les feux ardents du soleil, tout le monde préférait rester chez soi pour profiter de la fraîcheur. La vie était principalement représentée par le règne végétal, avec ses palmiers dattiers qui dépassaient les murs et se rendaient visibles depuis les jardins privés. Il y avait aussi cette flopée d’arroseurs automatiques, qui faisaient office de métronome dans ce silence ambiant. Dans la range rover, aucun des cinq individus ne parlait. Ils se contentaient de savourer cet instant de paix, d’admirer la luxure et la beauté des paysages aux alentours, mais aussi de critiquer cette profusion d’eau gaspillée dans des pelouses au beau milieu du désert. Une musique impie s’élevait, en provenance de la villa, agrémentée de cette odeur de porc grillé. Eux passaient du bon temps, alors que d’autres mourraient sous les bombes. Les collègues de ceux qui étaient dans la voiture faisaient partie des victimes. Il fallait leur faire payer.

Dieu demeurait auprès d’eux. Chaque étape de leur cheminement avait été couronnée de succès, cette présence divine en était pour quelque chose. C’était un miracle qu’ils soient arrivés jusque là. Maintenant, il était temps de passer à l’action. Ils étaient allés trop loin pour reculer. Il faisait confiance à ses quatre compagnons. Il devait juste leur montrer la voie et les guider. Salah sortit du véhicule pour taper un code sur l’afficheur du portail de la villa. Les portes s’ouvrirent, Dieu était bel et bien avec eux. Le jardin inspirait le bien-être, avec ses parterres de roses et sa petite fontaine. Parmi le son de la musique, les rires et les éclats de voix résonnaient. Salah et ses compagnons armèrent leurs mitrailleuses et enfoncèrent la porte d’entrée. D’ici une heure, Salah pourrait enfin rejoindre ses parents et ses deux fils.

Une intrigue vivifiante qui fait entrer son lecteur dans la machine complexe de la politique et des grandes sociétés technologiques !

J’ai été très attiré par ce roman au premier abord, et j’ai éprouvé un peu de mal à entrer dans l’histoire. Il y a pas mal de termes complexes, qui sont liés à la technologie, à la guerre (armements, missiles, véhicules et avions), ainsi qu’au secteur géographique où l’intrigue se déroule, c’est à dire à Dubaï. J’ai eu du mal à trouver le fil conducteur pour me permettre de le saisir. Heureusement, c’est quelque chose que j’ai réussi à faire dans le premier tiers du roman. J’ai ensuite pris beaucoup de plaisir à la lecture de cet ouvrage. Les descriptions sont excellentes, et les personnages donnent vie à cette histoire simple en apparence, mais dont les atours sont complexes et sinueux. J’ai aimé être surpris par les différents engrenages qui viennent s’entremêler. Chaque personnage apporte son lot de surprises, avec ses rebondissements et ces nouvelles rencontres qui viennent perturber le cours de l’histoire. Le monde est loin d’être calme !

La guerre est à portée de main alors que tout porte à croire que le coupable est désigné d’avance. Mais c’est beaucoup trop facile, et les armées se préparent à une bataille sans précédent pour défendre leurs intérêts. Une bonne partie de leurs ressources informatiques ont été attaquées par un virus jamais vu. Il ne peut être l’œuvre que d’un État. Et tout le monde se tourne vers le Moyen-Orient. J’ai adoré cette tension qui allait grandissante, et toutes ces nouvelles technologies qui agrémentent l’histoire. L’auteur y met du sien pour rendre accessible des termes informatiques difficiles. C’est une histoire passionnante que j’ai découvert, malgré des débuts un peu chaotique. Il faudrait revoir la mise en page de ce roman, qui ne respecte pas tous les codes de l’édition, mais mis à part cela, j’ai passé un très agréable moment. Ce roman m’a d’ailleurs fait penser à Cogito, pour ses similitudes avec l’informatique et les intelligences artificielles. C’est un domaine qui revient souvent désormais, alors qui sait ce que le futur nous réserve ? 😛

Ma note : 4/5

Quentin

Blogueur littéraire

A propos de l'Auteur

Chroniques audiovisuelles, escapades culturelles et chroniques littéraires des littératures de l'imaginaire : Science-fiction, Fantasy et Fantastique - SFFF.

Voir les Articles