La Dernière Empathe - Tome 1 : Ryvenn, de Jupiter PhaetonA New York, une ville démolie par les guerres des magiciens, Ryvenn, seize ans, apprend à maîtriser son pouvoir. C’est une empathe : elle est capable de ressentir les émotions des personnes autour d’elle. C’est bien moins impressionnant que télépathe ou télékinésiste, mais ça n’empêche pas le gouvernement de s’arracher son don. Quand elle n’est pas à l’école ou avec sa famille, Ryvenn utilise son pouvoir lors des interrogatoires des prisonniers pour une agence du gouvernement, qui la paie grassement en retour. Jusque là, tout se déroulait parfaitement, elle n’avait pas commis une seule erreur qui aurait pu la trahir. C’était sans compter sur Léo, un prisonnier pas comme les autres. Ryvenn plonge par accident dans ses souvenirs à l’aide de son deuxième pouvoir, celui qu’elle essaye tant bien que mal de cacher aux yeux du monde entier, et elle met le pied dans un engrenage qu’elle ne peut plus freiner qui implique l’une des familles les plus puissantes des cartels magiques ! Obligée de maîtriser son don en un temps record et de fréquenter l’élite des magiciens, Ryvenn doit faire face à un complot d’une ampleur qui la dépasse. Saura-t-elle s’en sortir indemne ?

Roman auto-édité – 340 pages – 15 euros.

Une histoire fantastique époustouflante, chargée de magie aussi bien dans ses mots que dans les mains de ses magiciens…

Avant de commencer, je tiens à remercier Jupiter Phaeton pour l’envoi de ce premier tome de la saga Ryvenn. Cela faisait quelque temps que je voyais ses romans passer sur mon fil Instagram, et c’est même ainsi que j’ai découvert son blog et ses séries littéraires. J’ai l’occasion de débuter mes aventures dans un monde qui allie magie et prétentions au pouvoir, auprès du personnage de Ryvenn !

Ryvenn sentait un regard tourné vers elle, qui émanait de la personne qui se tenait assise dans la salle d’interrogatoire. Les yeux barrés d’un masque sombre, il ne pouvait rien voir de ce qui se tramait autour de lui. La cellule était lugubre, dont le béton, d’une couleur terne, ne donnait clairement pas envie de ressentir de la joie d’être enfermé en ces lieux. Même Ryvenn trouvait cet endroit sinistre. Elle était accompagnée d’un homme à l’allure classique, armé d’un revolver, et il commença l’interrogatoire lorsque Ryvenn lui signala d’un hochement de tête qu’il pouvait se lancer. Mais les premières questions firent chou blanc, le détenu ne répondit à aucune d’entre-elles. Seule Ryvenn ressentait toute la culpabilité qu’il ressentait, émotion qui ressortait lorsque la personne était coupable, et qu’elle regrettait ses actes criminels

Une bombe avait été déposée, et avait tué la doyenne de la famille Ezcheras. Le principal suspect était là, et il sortit de son silence lorsqu’on lui demanda si il était l’auteur de cet acte. Non. Il n’avait prononcé qu’un seul et unique mot, celui-là. Ryvenn ressentit encore sa culpabilité, et son collègue annonça qu’il était coupable de la mort de la doyenne, sur la base des ressentis de Ryvenn. Une fois la sentence exprimée, un fort sentiment d’injustice emplit la pièce, et Ryvenn fut surprise par la puissance des émotions de l’accusé. Celui-ci se débattit, malgré les chaînes qui le maintenaient, et Ryvenn chuta, entrant en contact avec l’avant-bras nu du détenu. Et elle entra dans sa tête, dans sa mémoire, ses souvenirs, et la scène d’épouvante du décès de la doyenne se déroula devant ses yeux. Et il n’y avait que la vérité, la stricte vérité, et les véritables implications de chacun…

À la croisée de Harry Potter et de La Confrérie de l’Invisible, une école de magie en proie à une vague de violences entre cartels, sur fond de pouvoir politique…

Je viens d’achever cette lecture, et j’ai passé un excellent moment. Le temps de quelques heures, je suis passé dans un univers fantastique où la magie se développe sous la forme de pouvoirs et de dons issus de la génétique. Ce sont les parents qui transmettent leurs capacités à leurs enfants. Dans un monde où les magiciens prêtent allégeance à des cartels selon des règles strictes, des divergences se créent alors que certains se prennent à rêver au pouvoir. J’ai adoré apercevoir la variété des pouvoirs qui sont affiliés aux magiciens, il y en a de toutes sortes et l’on passe de l’illusion à la transformation, en passant par la création de boucliers et la lecture des sentiments des personnes. Mais ce ne sont que des exemples parmi tous ceux qui sont représentés. À la différence d’une célèbre saga de magie, les êtres humains sans dons vivent aux côtés des magiciens sans distinction. Ils ne cherchent d’ailleurs pas forcément à se cacher aux yeux des Normaux, et certains, bien ancrés dans leur monde, se croient bien supérieurs au simple commun des mortels grâce à leur puissance. Mais d’autres ne sont pas de cet avis, et comptent bien demeurer en paix dans ce monde où seuls deux pourcent de la population révèle disposer de dons…

Cette intrigue s’adresse aux plus jeunes comme aux adultes, elle est facilement compréhensible et s’adapte à merveille à son lectorat. Il y a une légère profusion de personnages, mais tout est clairement explicité pour ne pas se mélanger les pinceaux et pour mettre un pouvoir en face de chaque prénom avec simplicité. Ryvenn, notre héroïne principale, possède un don bien particulier qui intéresse beaucoup le gouvernement, mais surtout, elle a une force de caractère incroyable malgré tout ce qu’elle doit affronter. Plus que tout, sa vie est un don de soi, et elle n’hésite pas un seul instant à donner de son temps, ce qu’elle a de plus précieux, pour protéger les siens de la misère. Sa meilleure amie, Cassie, est une jeune femme redoutable, au don terriblement efficace, qui sait montrer une amitié précieuse avec Ryvenn. Il y aussi la mère de cette dernière, et l’ensemble de sa famille avec ses frères. Je les ai tous trouvés très charismatiques, surtout le jeune Saru que j’ai trouvé fort attachant. On entre dans le vif du sujet lorsque Léo et Aristote, deux frères faisant partie d’un cartel bien connu pour ses télépathes, font irruption dans l’histoire.

J’ai énormément apprécié ce roman, par sa qualité d’écriture, aussi aboutie que l’intrigue. On se sent pris dans l’engrenage que Ryvenn a lancé sans même connaître les conséquences de son acte à ce moment là, surtout lorsqu’il n’est pas intentionnel ! Les temps se mêlent, entre le présent, l’avenir professionnel de Ryvenn, mais aussi son passé qui refait surface et qui explose littéralement les fondements de ses croyances. C’est une histoire pleine de rebondissements, qui a agi sur moi avec force pour continuer de tourner les pages et découvrir la suite des aventures. J’adore les complots qui se trament dans l’ombre, et tous les petits secrets qui apparaissent avec timidité pour secouer la vérité établie. Des événements bien sombres se préparent, alors que le doyen, – dirigeant de l’école où étudie Ryvenn – véritable puits de science et excellent philosophe, sait faire réfléchir et amener les personnages dans la bonne direction. C’est aussi en cela que ce roman est excellent, il nous laisse prendre conscience des choses avant de nous révéler ce qui doit l’être. C’est une lecture vivace, bourrée d’action, qui donne envie d’être lue jusqu’à parvenir à une fin pleine de révélations qui incite à se poser nombre de questions, et, surtout, à poursuivre sur la suite sans plus attendre

Ma note : 5/5

Quentin

Blogueur littéraire

A propos de l'Auteur

Chroniques audiovisuelles, escapades culturelles et chroniques littéraires des littératures de l'imaginaire : Science-fiction, Fantasy et Fantastique - SFFF.

Voir les Articles