Radéon, de Franck DiveSuite à un cataclysme, la Terre présente désormais toujours la même face au Soleil. Deux peuples ont survécu et se vouent une haine féroce : les Bédouins, revenus à l’âge de fer, qui vivent dans un désert où le Soleil ne se couche jamais, et les Chabs, gardiens de la technologie des ancêtres, qui ont su s’adapter à la nuit polaire éternelle grâce à un minerai radioactif rarissime : le radéon.
Amayaz, un jeune Bédouin, accepte de plus en plus difficilement l’oppression subie par son peuple. Sa symbiose avec une lionne, qui fait de lui l’un des meilleurs pisteurs de la communauté, attire l’intérêt des Chabs. Alors que ceux-ci tentent de le plier à leur volonté, Amayaz tue l’un d’eux et s’enfuit dans la dangereuse forêt de l’entre-deux mondes, où règnent des conditions climatiques apocalyptiques.
Accompagné de sa lionne, le jeune homme va découvrir un univers futuriste dont la richesse et les secrets dépassent tout ce qu’il avait pu imaginer. Mais, le progrès technologique justifie-t-il qu’on renonce à son humanité ?

Scrineo – 480 pages – 18,90 euros.

Une aventure incroyable entre deux mondes, entre deux peuples que tout oppose, du climat jusqu’à la technologie…

Je remercie les éditions Scrineo pour leur confiance. Radéon est un roman que j’attendais avec tellement d’impatience ! Ce quatrième de couverture est exceptionnel, vraiment. Il m’a donné envie de lire cette histoire le plus vite possible, alors que demander de plus ? 😀

Amayaz était dissimulé dans les rochers de la grande oasis. Il regardait en toute discrétion les hélicoptères qui survolaient les eaux. Ses vêtements étaient poisseux de sueur, le soleil était un ennemi juré pour les personnes immobiles. Mais Amayaz était accompagné par sa lionne, située en contrebas dans une faille. Derrière sa quiétude apparente, elle pouvait se montrer aussi dangereuse que redoutable et changer d’humeur en quelques instants à peine. Les hélicoptères s’en allaient, supportant des filets chargés d’antilopes. Les Chabs chassaient au sol, vêtus d’une tenue étrange capable de les faire voler. Ils avaient pour mission de repousser leurs proies vers les pièges et ainsi les capturer pour les emmener dans leur pays glacial… La mort tombait du ciel pour les animaux sauvages, et affamait par la même occasion le peuple de Amayaz.

Mais la différence technologique était immense entre ces êtres dotés de machines volantes et d’armes meurtrières. Amayaz restait là, impuissant, muni d’une seule et unique lance contre eux. Une fois le calme revenu, il se rendit jusqu’à son traîneau, dissimulé à la hâte dès qu’il avait entendu les pales brasser l’air. Sa récolte était précieuse à ses yeux, tout autant qu’aux Chabs, et il ne voulait aucunement risquer de se la faire prendre. Sambaa, sa lionne, feula. Amayaz comprit immédiatement qu’une proie ou un prédateur s’approchait d’eux. Un éclat lumineux attira son regard, la pointe de sa lance reflétait les rayons du soleil. Il s’en voulait de donner aussi facilement sa position à l’ennemi. Déjà, il entendit un vrombissement revenir vers lui. Un Chabs, maintenant fermement un fusil, survolait la zone et semblait le chercher avec minutie

Radéon, c’est une histoire fabuleuse et profondément humaine qui surgit au-dessus d’instants glauques et effrayants !

Avec ce roman, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on voyage et que l’on découvre des paysages par-delà ce que j’ai pu lire d’habitude. Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’ai été happé par sa couverture simple mais tellement efficace. Elle exprime tout l’univers de l’intrigue avec beaucoup de goût ! Je suis très content qu’elle soit aussi bien réalisée, cela permettra d’attirer davantage de curieux qui viendront poser leur regard sur les mots de cette histoire aux nombreuses qualités. Ce type d’univers est intéressant au possible, et le fait que notre planète s’arrête de tourner sur elle-même implique des déséquilibres que l’auteur a su mettre à profit. Il crée ainsi deux mondes entièrement différents, avec des climats impitoyables et diamétralement opposés. L’un est un monde de glace et de neige éternelle, qui nécessite le précieux Radéon pour survivre, alors que l’autre est un désert caniculaire où les peuples qui y vivent sont retournés à l’âge du fer.

Cette différence, qui est survenue suite à des cataclysmes, promet évidemment bien des déconvenues pour la population la plus faible. Comment faire pour combattre des hélicoptères avec une simple lance ? Allez poser la question à Amayaz, ce jeune homme plein d’entrain et de sérieux est un aventurier capable de chasser bien plus que ses congénères. Il est connu et reconnu pour ses talents ! Mais plus que tout, le hasard faisant bien les choses, il a découvert un réseau de galeries qui pourrait bien sauver la vie des Chabs, ce peuple qui vit dans les plaines glacées de l’autre côté de la planète. Là-bas vit des personnes peu recommandables, et même si tous ne partagent pas les mêmes pensées, je n’ai pu que prendre parti pour un camp au dépend de son rival. La cité qui abrite les Chabs est un décor incroyable, avec des scènes parfois odieuses tellement le manque d’humanité se fait sentir par l’élite qui habite le centre, bien protégé à l’abri de ses murs…

Ce type d’histoire me fait songer à une dystopie teintée d’une post-apocalypse, avec un fossé infranchissable entre le bonheur et la volonté de l’atteindre pour les personnages qui habitent cette intrigue. La technologie est clairement moderne, bien plus que la nôtre en tout cas, chez les Chabs, et leurs ambitions ont beau être compréhensibles, elles sont dénuées de toute émotion. J’aurai aimé découvrir un peu plus en profondeur l’historique des Chabs, pour m’imprégner davantage de leur façon de penser et de vivre. J’ai adoré la teneur en suspense de cette histoire, qui ne démord plus une fois celle-ci installée. J’ai vogué entre la curiosité de connaître la suite et l’espoir que tout se passe au mieux face aux tragédies qui s’enchaînent. Ce roman comporte des scènes difficiles, mais c’est ainsi que l’on se rapproche de certains personnages, et qu’une envie irrépressible de les aider naît. Radéon est une lecture qui secoue, et même si la fin tombe d’un coup, ce qui m’a un peu surpris, toutes les péripéties sont exemptes d’ennui et m’ont fait passer un excellent moment !

Ma note : 4/5

Soumettre un commentaire

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It