Luca, de Franck Thilliez« Existe-t-il encore un jardin secret
que nous ne livrions pas aux machines ? »

Partout, il y a la terreur.
Celle d’une jeune femme dans une chambre d’hôtel sordide, ventre loué à prix d’or pour couple en mal d’enfant, et qui s’évapore comme elle était arrivée.
Partout, il y a la terreur.
Celle d’un corps mutilé qui gît au fond d’une fosse creusée dans la forêt.
Partout, il y a la terreur.
Celle d’un homme qui connaît le jour et l’heure de sa mort.

Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire.
S’engage alors, pour l’équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre.
C’était écrit : l’enfer ne fait que commencer.

Fleuve Éditions – 552 pages – 22,90 euros.

Un thriller ahurissant qui allie avec grâce les démons de l’espèce humaine et la technologie naissante…

Cela fait vraiment pas mal d’années que je connais le nom de cet auteur. Franck Thilliez. Je l’ai même déjà aperçu à l’occasion d’un salon du livre nocturne il y a longtemps maintenant. Il n’était certainement pas aussi reconnu que maintenant, mais il mérite bien toute la reconnaissance qu’il a de nos jours. Avec Luca, je me suis plongé dans l’univers de cet auteur

Ils allaient se retrouver à Mesnil-Amelot, à proximité de l’aéroport Charles-de-Gaulle. C’est dans un hôtel bas de gamme que la rencontre allait se dérouler. Hélène et Bertrand Lesage attendaient ce moment avec impatience, mais aussi avec une angoisse et une indécision qui se faisait encore pressentir malgré la maturité de leur choix. Le couple marié était arrivé en avance, et demeurait dans leur véhicule, garé sur le parking. Bertrand préviendrait Natacha en lui envoyant un message pour lui indiquer le numéro de la chambre d’hôtel, une fois qu’il sera entré à l’intérieur. Ils allaient devoir faire une totale confiance à une inconnue, qu’ils ne connaissent en aucune façon. Seuls des messages électroniques avaient été échangés avec cette femme, dans un bien maigre lien qu’ils tentaient de tisser avec elle… Ils pouvaient encore faire demi-tour, fuir cette décision primordiale et pourtant si dangereuse, au-delà des lois, qui allait les rendre heureux, du moins l’espéraient-ils.

Bertrand avait en sa possession une épaisse enveloppe. Deux ans d’économie avaient été nécessaires pour leur permettre de réaliser ce qu’ils allaient faire. C’était là, dans cette enveloppe, que se tenait un acompte de cinq mille euros. Hélène hésitait, et encore plus depuis cet instant fatidique où tout allait se jouer. Elle avait peur que cette femme se droguait, ou que son mode de vie ne lui permettrait pas de supporter une telle mission. Mais le pire serait sa disparition, qu’ils n’aient d’elle plus aucune nouvelle et que tous leurs espoirs s’envolent avec une partie de leurs économies… Bertrand était décidé. Il n’avaient pas d’autres possibilités. Hélène ne disposait plus d’utérus, et le recours à une mère porteuse était certes risqué, mais le risque était nécessaire. Leur démarche d’adoption ayant échouée, il ne restait plus de cela. Franchir la frontière de l’illégalité pour devenir parents, et élever un enfant en le rendant le plus heureux possible

Une intrigue folle, d’une puissance incroyable, qui pousse à lire encore et encore, alors que l’on s’enferme dans le piège tendu par l’auteur.

Fou. Énorme. Bon voilà, maintenant je vais arrêter mes chroniques pour faire plus concis. Quelques mots pour décrire un roman, ce sera beaucoup plus rapide à lire pour vous. Mais bon, malheureusement, j’ai toujours des tas de choses à raconter sur mes lectures… Que dire de ce roman, à part qu’il est incroyable et d’une force indéniable ! Déjà, je me suis aventuré en terre inconnue. Je ne lis pas où extrêmement peu de policiers. Premièrement parce que ce genre ne m’attire pas spécialement, je préfère l’imaginaire pur et dur, mais là je dois avouer que je me suis laissé prendre au jeu et je ne le regrette en rien. Je me suis laissé aller, même un peu trop d’ailleurs, et l’auteur a su créer une ambiance mystique qui se referme lentement autour de son lecteur, l’emprisonnant dans ses mots. Rien que le prologue a eu un effet sur moi, j’ai ressenti toutes les émotions dégagées par cet instant, par ces personnages, et je savais alors que cette lecture en serait toute particulière…

Je ne vais pas passer par quatre chemins. Ce roman est un coup de cœur. Non seulement parce que le suspense qui s’y installe monte crescendo, mais aussi parce que le sujet évoqué me parle beaucoup. Les nouvelles technologies sont mises en avant dans cette intrigue, et même bien davantage par rapport à ce que je m’étais imaginé. Mais par technologie, je ne parle pas de tout ce qui est habituel et que l’on retrouve autour de nous. Ici, on entre dans la nature humaine déviante de certains individus, une nature effrayante, où l’horreur frôle les limites du morbide. Je ne pensais pas que cet univers là existait. Après, peut-être que ce n’est qu’une fiction et que rien de tout cela existe réellement. Mais sincèrement, je me range du côté des convaincus. Il doit y avoir le même genre de personnes que ceux évoqués dans ce roman. Et je dois dire que vivre avec cela en tête me donne froid dans le dos.

Cette lecture donne du fil à retordre. Parce que l’auteur a su développer avec minutie l’aspect bien et mal de la technologie utilisée dans cette intrigue. On ne peut alors que prendre parti pour les individus, surtout qu’on entre régulièrement dans leurs pensées. On peut alors les comprendre et réfléchir. Je me suis posé beaucoup de questions d’ailleurs. Sur la modernité, notre façon de vivre au quotidien qui nous rattache aux machines et aux intelligences artificielles qui commencent à prendre le contrôle de nos pensées et de nos corps. Je me suis retrouvé face à un monde, pas si lointain et même ancré dans le présent, où tout est possible pour celui qui cherche au bon endroit. L’enquête policière qui découle est quant à elle au-delà de mes espérances. Deviner la fin de ce roman est tout bonnement impossible, en tout cas pour moi ! Les revirements de situation sont incroyables et les personnages principaux sont adorables et assortis de passés et d’histoires qui les rendent attachants au possible. Ce moment de lecture est et restera mémorable, comme une anticipation qui n’en est pas une, et qui ouvre une fenêtre sur la réalité, une réalité méconnue et effrayante qui tape à nos portes et entre dans nos vies…

Ma note : 5/5

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 📚 Quentin Turquet (@blog_acaniel) le

Quentin

Blogueur littéraire

A propos de l'Auteur

Chroniques audiovisuelles, escapades culturelles et chroniques littéraires des littératures de l'imaginaire : Science-fiction, Fantasy et Fantastique - SFFF.

Voir les Articles