Les Micro-Humains, de Bernard Werber

Plus petits, plus féminins,
plus résistants, plus solidaires…
Les micro-humains sont-ils
l’avenir de l’homme… ou sa fin ?

Albin Michel – 432 pages – 22,00 euros.

 

 

 

 

Le contexte des Micro-Humains

Les Emachs ont beaucoup fait pour sauver le monde des Grands. Après l’intervention dans la centrale de Fukushima et le sauvetage réussi des mineurs Chiliens, emprisonnés au beau milieu des roches. Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! En effet, il reste ce second tome et même un troisième à découvrir.

La société Pygmée Prod aime l’anonymat. Mais cette vision des choses a plutôt tendance à tomber en leur défaveur. En effet, le président français voit cela d’un mauvais œil. Surtout qu’il fait parti des plus gros actionnaires. L’intérêt pour lui est alors de faire entrer des médias dans l’entreprise pour que le monde entier puisse être en admiration devant tout le travail accompli. Et dans un autre temps, de faire croître l’action en bourse.

Ils visitent les petits villages bâtis sous du verre protecteur, la nurserie où les œufs (les Micro-Humains sont vivipares) sont couvés avant que leurs occupants se décident à sortir. Ils prennent aussi connaissance des deux figures majeures des petits cités : la reine Emma II et la prophète Emma 666. Cette dernière a connu les enfers, perpétrés par les Grands, et se doit de délivrer un message de paix à ses congénères.

Pygmée Prod est une société cotée. Et elle loue ses Emachs pour la maudite somme de cent euros de l’heure.

Dans le plus grand des secrets, une petite expédition s’organise au sein même de Micro Land 2. Avec pour objectif de voir ce qu’il se trame hors des protections de verre. Ils éprouvent l’envie de visiter l’extérieur et de se confronter à l’inconnu.

Lors d’un conseil d’administration représenté par David Wells, toutes les personnes à la tête du projet envisage de créer Micro Land 3 qui pourrait accueillir 500 000 Emachs supplémentaires, un chiffre impressionnant face à leurs 3 000 Emachs actuels. Là commence à se dessiner les courbes d’une croissance économique. Mais David ne perd pas de vue une chose : ce sont des êtres vivants, et non des objets.

Les actualités vont bon train. Entre le projet du Papillon des Etoiles 2 mis à mal par des sabotages, le football qui semble omniprésent et les affaires de bombes atomiques entre l’Inde et le Pakistan. Sans oublier les attentats meurtriers entre Sunnites et Chiites. Tout va vers une autodestruction même de l’humanité.

Alors que tout va pour le mieux, une vidéo se met à circuler sur internet. Elle déclenche le buzz en très peu de temps et fait l’objet de toutes les attentions. En effet, dans ce court-métrage, un jeune homme s’adonne à une horrible passion. Il capture des Micro-Humaines et les torture devant la caméra, sans qu’elles ne puissent se défendre, et finit par les tuer par décapitation.

Lorsque Emma 109, perdue dans la nature, se retrouve face à ces images, elle ne peut rester de marbre. Très vite s’élabore un plan : sauver son peuple des Grands qui leur veulent du mal.

Rapidement, un procès s’organise autour de cet adolescent. Alors qu’il est encore mineur, son père est jugée à sa place et comparait devant la cour. Tous les représentants de Pygmée Prod sont présents eux aussi.

Ce qui ressortira de ce tribunal mettra à mal David à jamais. Ses trois Emachs torturées et tuées ont été considérées comme des biens de location. Personne ne leur a accordé un modeste droit. Ils ne sont pas considérés comme humains, ni même comme animaux, mais comme des créations de laboratoire destinés à créer un marché.

Le verdict restera sans appel, et chaque Emach tuée sera considéré comme semblable au tarif d’une voiture bas de gamme. Tant qu’ils n’auront pas de droits humains, tout peut leur arriver, et personne ne dira rien pour leur défense.

Dans les débuts de Pygmée Prod, un vol avait été commis pour subtiliser du matériel informatique. Mais ils vont très vite se rendre compte que cet acte était bien pire. Surtout lorsqu’ils apprennent que des contrefaçons chinoises font leur apparition sur le marché, avant de l’inonder.

Chacun de leur côté, Emma 109 semble décidée à venger ses congénères. Alors que la rage de David va bientôt se transformer en combat pour donner aux Micro-Humains tous les droits dont ils ont besoin pour s’épanouir.

Une épopée humaine entravée par l’économie

C’est bien de cela dont il est question. David a créé et loué ses Emachs. Mais il ignorait encore quelles épreuves il allait devoir surmonter pour que l’économie n’empiète plus sur leurs vies.

Tout tourne autour de la bourse, de la croissance de l’entreprise, de biens de location extraordinaires. On entrevoit même des publicités destinés à la promotion des Emachs au travers des pages de ce roman.

Il fallait une raison valable pour David et ses adjoints de créer cette nouvelle humanité en faisant du profit. Mais maintenant qu’ils sont là et vivants, ils ne peuvent demeurer au statut d’esclaves pour l’éternité.

Mais tout semble aller au plus mal lorsque des contrefaçons chinoises apparaissent, encore une façon de dire que les Micro-Humains ne sont considérés que comme des marchandises. Le tribunal finit également par trancher pour « du matériel locatif rendu hors d’usage par son locataire » et par d’autres motifs encore à mesure que le scénario poursuit sa route.

Un excellent roman d’anticipation et de savoir

On est très vite porté par l’histoire de cette nouvelle humanité qui prend des coups durs et qui se relève à chaque fois. Même si certains passages paraissent irréalistes face à la situation dans laquelle ils se trouvent. Je prends pour exemple la scène ayant lieu au siège de l’ONU où seulement deux gardes du corps sont présents pour protéger l’ensemble des présidents de ce monde.

Mis à part quelques détails, ce roman « Les Micro-Humains » est une très lecture à conseiller autour de vous pour passer un bon moment. La légendaire fluidité de lecture des livres de Bernard Werber n’est plus à redire, et permet de se plonger dans le texte sans buter sur des termes ou des expressions imprécises. Ce qui est un régal !

J’ai beaucoup apprécié les apartés avec l’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu qui nous apprend, cette fois encore, énormément de choses sur notre monde. Entre l’histoire de Louis XVI face au Roi Soleil, l’énigme des trois allumettes pour former un carré (ne vous en faites pas, dans ce second tome, il y a la solution !) et même du professeur Semmelweis qui m’était inconnu jusque là.

Bernard Werber a vraiment eu raison de rendre hommage à des humains qui ont changé le cours de l’histoire, mais qui ont toujours été dénigrés et rejetés, alors qu’ils venaient de faire évoluer tout un peuple.

La fin du roman, en terme de curiosités, est vraiment très exaltante ! Mais je ne vous en dis pas plus, si vous aimez tout l’univers de Werber, vous apprécierez sans aucun doute. Dans cette histoire, rien n’est figé, et même les personnages les plus surprenants se mettent à éprouver de la compassion. Car tous les Hommes ne sont pas aussi détestables.

« Pour qu’un monde meilleur puisse un jour exister un jour, il faut déjà que quelqu’un, quelque part, commence par l’imaginer et le décrire. »

Commentaires

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It