Cet article représente le troisième volet de ma série sur les rêves lucides. Si vous êtes curieux d’en apprendre davantage sur ce phénomène, je vous invite à parcourir la catégorie Expériences Extraordinaires de ce blog !

L’objectif de cette publication est ambitieux : vous donner les techniques principales qui vous mèneront vers votre premier rêve lucide, ou vers les suivants. Autrement dit, on entre dans le vif du sujet !

Voilà pourquoi je ne vais évoquer que les éléments les plus connus qui vous permettront d’atteindre des résultats. D’autres possibilités existent, qui sont beaucoup plus longues à mettre en pratique, pour des effets moindres. En outre, elles demandent de l’organisation sur le long terme. Je les évoquerai, si jamais l’envie vous dit d’approfondir vos recherches ! 😀

Pour maximiser vos chances de réussite, vous devez posséder un prérequis. Parvenez-vous à vous souvenir d’au moins un rêve par nuit ? Si oui, les techniques présentées pourront vous être utiles. Dans le cas contraire, je vous invite à prendre le temps de vous remémorer vos voyages oniriques. 😉

WILD : l’endormissement en pleine conscience

Derrière cet acronyme anglais qui signifie Wake-Initiated Lucid Dream se dissimulent toutes les techniques par endormissent conscient. Le WILD présente un niveau de difficulté élevé, mais pas pour tout le monde. Le psychologue Paul Tholey a recensé que les individus parvenant à s’endormir rapidement présentent des facilités. De même, ceux qui sont sujets à l’apparition d’hallucinations hypnagogiques peuvent employer cette technique.

Si vous percevez des images ou des sons pendant l’endormissement et que vous vous endormez facilement, le WILD  s’adresse à vous. Personnellement, c’est ce que j’utilise. Cette technique m’a toujours offert de bons résultats, sans trop d’effort.

Le WILD : comment ça marche ?

Concrètement, il vous suffit de rester concentré tout au long de votre phase d’endormissement. Pour cela, rien de plus simple. Focalisez-vous sur vos acouphènes – les bruits électriques, presque imperceptibles, que vous entendez dans le silence. Leur intensité va alors augmenter. En vous concentrant dessus, votre conscience restera active.

Vous allez ainsi vous endormir tout en restant éveillé. Je tiens à attirer votre attention sur le fait que des sensations étranges peuvent survenir. J’ai été surpris par un phénomène : les battements de mon cœur. Je les entendais comme si mes oreilles venaient de basculer vers l’intérieur de mon corps. C’est assez troublant la première fois. J’ignore toutefois si ce type de conséquence se produit chez d’autres personnes.

Il ne vous reste plus qu’à vous armer de patience. Une fois le sommeil paradoxal en approche, vous allez pouvoir débuter un rêve en pleine conscience !

En terme de focalisation, vous pouvez aussi vous représenter une image mentale : un paysage, un point de couleur. Une sensation peut aussi faire l’affaire. Il suffit parfois de se concentrer sur sa respiration pour se maintenir conscient. 

MILD : l’induction mnémonique

La technique MILD, qui signifie Mnemonic Induction of Lucid Dreams, tire son origine d’un livre de Stephen LaBerge : S’éveiller en rêvant – Introduction au rêve lucide

Le MILD s’adresse à tous, mais demande de la motivation et de l’envie. J’ai tendance à la trouver lente à la détente, mais à force de pratique, elle peut s’avérer diaboliquement efficace. L’objectif du MILD est de vous induire vers une intention : prendre conscience que je rêve, via une approche mnémonique. 

Le MILD : comment ça marche ?

Répétez-vous, avant de vous coucher, une phrase du type : “Je vais prendre conscience que je rêve lors de mon prochain rêve”. Imprégnez-vous de cette phrase, imaginez son sens, jusqu’à ce qu’elle ne possède plus aucun secret pour vous. 

Puis, remémorez-vous un de vos anciens rêves. Habitez-le comme vous avez pu le faire en le découvrant pour la toute première fois. Concentrez-vous sur les indices qui vous permettraient de vous rendre compte que c’est un rêve. Les objets sont étranges, inconnus, le ciel ne se présente pas comme d’habitude. Trouvez un indice flagrant. Par exemple, le ciel est vert pomme.

Vous allez vous endormir avec cet indice, ainsi qu’avec les événements de ce rêve, sans oublier votre phrase qui résonne comme un mantra ! Si vous avez de la chance, votre prochain rêve affichera un ciel vert pomme. Et là, difficile de passer à côté, vous allez forcément vous dire : je rêve. 

La force de cette technique réside dans le long terme. Chaque fois que vous vous réveillez, cherchez les indices qui auraient pu vous faire prendre conscience. N’oubliez pas votre mantra, et de visualiser votre rêve précédent par la même occasion. 

L’autosuggestion ou la préparation mentale

Pour le coup, cette technique ressemblerait presque au MILD. Je dirais même que l’autosuggestion est une partie intégrante du MILD. Mais peut-être parviendrez-vous à obtenir un rêve lucide en n’utilisant que l’autosuggestion

Répétez-vous votre phrase mantra : “Je vais me rendre compte que je rêve”. L’intention doit être moins ferme que dans le MILD, si bien que le rêve lucide pourrait survenir cette nuit, ou plus tard. Cette technique requiert de la patience. Le point clef : ayez confiance en vos capacités. Imaginez-vous en train de prendre conscience que vous rêvez tout en répétant votre phrase. 

Les tests de réalité

Cette technique présente de bons résultats sur le moyen et long terme. Il vous faudra ancrer cette habitude en vous avant que ses bénéfices se montrent. Comment faire la différence entre le rêve et la réalité ? Voilà la base de notre problème qui amène à nous interroger dans nos rêves. 

Ces tests pourraient vous paraître étranges, puisqu’ils n’ont aucune teneur dans la réalité. Si vous choisissez un test de réalité en rapport avec la capacité de voler, difficile de décoller pendant l’éveil ! Toutefois, en voulant s’élever dans les airs au cours d’un rêve, le test de réalité pendra tout son sens

Le test de réalité : comment ça marche ?

Les idées sont nombreuses. Vous avez le choix d’effectuer un seul test, et de vous concentrer dessus, ou bien de procéder à une série combinant plusieurs tests. Parfois, dans un rêve, vos pieds pourraient bien rester fixés sur le sol. Les rêves ne sont pas une science exacte !

Voici quelques pistes à étudier :

  1. La respiration : dans un rêve, vous devriez pouvoir respirer même le nez bouché.
  2. Le vol : décoller du sol dans un rêve est aussi facile que de soulever une jambe dans le réel.
  3. Le décor : le ciel vous paraît-il normal ? Les objets autour de vous ?
  4. Le déplacement : parvenez-vous à courir à toute allure, bien plus vite que la normale ?
  5. Les super-pouvoirs : parviendrez-vous à canaliser une boule de feu pour terrasser votre adversaire ?
  6. Les sensations : sont-elles bien plus fortes qu’à l’accoutumé ?

WBTB : le réveil et retour au lit

Vous pensiez vous débarrasser pour de bon des grands vilains acronymes ? Navré de vous décevoir. Le Wake-Back-To-Bed entre dans une catégorie spécifique. Il doit être combiné à une autre technique pour être efficace. Seul, il ne sert à… pas grand chose !

Le prérequis nécessaire est le suivant : assurez-vous de disposer de temps. Vous allez sûrement devoir vous coucher tôt, ou bien vous lever tard pour obtenir des résultats. Il faut aussi être motivé. Pas seulement motivé, mo-ti-vé, parce que là, vous allez devoir perturber volontairement votre sommeil.

Le WBTB : comment ça marche ?

Déjà, il faut savoir que les phases de sommeil paradoxal prennent de plus en plus d’ampleur à mesure que vous êtes reposé. En clair, plus vous dormez, plus votre cerveau est reposé, plus vous rêvez. L’efficacité du WBTB s’accroît lorsque le sommeil paradoxal survient davantage. 

Idéalement, après six heures de sommeil, tentez de vous réveiller. Il faut vous lever du lit, pour que votre corps s’éveille tout autant que votre cerveau. Un court éveil en restant au lit ne s’avérera pas suffisant. Vous pouvez compter sur votre envie personnelle pour vous lever, ou bien vous forcer au moyen d’un réveil situé loin du lit. D’autres astuces existent, comme placer une lumière à l’autre bout de la pièce, qui finira par vous déranger une fois votre corps reposé. 

Vous allez rester éveillé pendant quelques minutes, jusqu’à une heure. Idéalement, pour obtenir de bons résultats, il est conseillé d’utiliser la technique MILD en accord avec le WBTB. L’intérêt étant de vous rendormir après une phase d’éveil. Ainsi, vous êtes plus susceptible de faire un rêve lucide.

D’autres techniques pour aller plus loin…

Evidemment, cette liste n’est pas exhaustive et d’autres techniques existent. Toutefois, j’ai pris soin d’en inclure certaines dans les cinq grandes techniques que je viens de vous présenter, pour maximiser leurs effets. De nombreuses astuces visant à se concentrer ressemblent au WILD, si bien qu’elles peuvent être communes. Tant que vous parvenez à trouver votre système qui vous permet de demeurer conscient. 

Désormais, des appareils électroniques, ou des applications pour smartphone peuvent induire des rêves lucides


Cet article touche à sa fin. J’espère que vous posséderez désormais toutes les clés pour venir à bout de votre objectif : réussir à vivre un rêve lucide !

À très bientôt pour de nouvelles chroniques et de nouveaux articles ! 😀

Quentin Turquet

Blogueur littéraire

A propos de l'Auteur

Des conseils de lecture sur tous sujets. Du développement personnel aux romans de science-fiction. Découvrez ma passion pour la lecture, l'écriture et les expériences extraordinaires, au-delà du paranormal et des rêves lucides !

Voir les Articles