Les 100 mots de New York, de Laure WatrinVille-monde, capitale de la mondialisation, décor de film, cité verticale, laboratoire urbain, métropole de tous les superlatifs… Quand on évoque Big Apple, mille images viennent en tête. Pour s’y retrouver, voici 100 mots qui, de « Communauté » à « Citernes d’eau», de « Hip hop » à « Occupy Wall Street », de « Climatisation » à « Rats », de « Gratte-ciel » à « Fermes urbaines », de « Pizza » à « Robert Moses », de « Bronx » à « Soho », brossent le portrait d’une ville à la fois familière et exotique, mais qui, même lorsque l’on croit la connaître, n’en finit pas de se réinventer !

Que sais-je ? – 128 pages – 9 euros.

Un livre riche de détails et d’anecdotes sur la ville qui ne dort jamais !

Je tiens à remercier les éditions Que sais-je ? pour l’envoi de ce livre. J’ai tout de suite été interpellé par la quatrième de couverture. Malgré le fait que je n’ai jamais visité la ville de New York, cela m’intéressait de comprendre en quoi cette mégalopole était si intéressante et si connue dans le monde. Voilà un livre idéal pour parfaire mon inculture !

J’ai été stupéfait par ce livre. Au travers de 100 mots, et donc de sa centaine de petits chapitres explicatifs, je me suis comme retrouvé au cœur de la ville. Grâce aux innombrables films et séries qui se déroulent en cet endroit, il m’a été facile d’imaginer les lieux et d’intégrer tous les détails que j’ai pu découvrir au cours de ma lecture. C’est comme si j’avais mis les pieds dans les différents quartiers évoqués, et goûté toutes leurs spécialités tellement les descriptions sont cohérentes et bien réalisées.

100 mots qui caractérisent une ville-monde, où la culture se mêle aux différents peuples !

Parmi cette centaine de termes, quelques-uns m’ont davantage marqué que d’autres. Brooklyn en est un exemple parfait. Ce quartier m’a littéralement plu, comme si c’était l’endroit le plus emblématique de New York. L’endroit où je devais à tout prix me rendre, car cela me correspond en tous points. Ce quartier en métamorphose, avec ses innovations et ses habitants à l’intellect ouvert, offre de nombreux atouts indéniables. J’ai aussi découvert ces fameuses Brownstones, ces maisons sombres qui caractérisent bien certaines zones de la ville. Autrefois peu réputées, ces habitations ont pris en valeur, grâce notamment à l’envol du prix de l’immobilier, tout en devenant un classique incontournable. Des bâtiments marqués par l’histoire qui rayonnent encore et qui s’arrachent à prix d’or de nos jours.

Le réseau d’alimentation en eau de la ville de New York ne permet pas aux immeubles de disposer d’une pression suffisante. Les habitants des derniers étages auront beau ouvrir le robinet, peu de gouttes risquent d’en sortir. C’est pourquoi des citernes d’eau sont implantées sur le toit de chaque immeuble, pour que l’ensemble des habitants disposent de l’eau courante. On pense tous à ces belles citernes en cèdre, parfois décorées ou entourées de publicité, qui font le charme de la ville. Alors que de nouveaux matériaux entrent maintenant en jeu, le bois est remplacé par l’inox, et les citernes sont désormais masquées et devenues invisibles pour la plupart. Les New Yorkais ont même la possibilité de demander l’ouverture d’une bouche à incendie pour refroidir une zone en cas de très fortes chaleurs. Ils sont malins !

Que penser des condos et des co-op ? Les condos étant des immeubles de propriétaires classiques où l’on achète son logement, alors que le régime des co-op est bien différent. On achète pas vraiment son logement mais des parts qui correspondent à la superficie de son logement. Ce qui fait que tout le monde a un droit de regard sur tous ses voisins. Vous avez un chien ? Il faudra parfois le présenter en assemblée pour qu’il soit accepté, et parfois rejeté de l’immeuble. Même la couleur des murs de votre salon peut être soumise à une décision commune !

La ville de New York est également impliquée dans sa protection contre les ouragans et les tempêtes. C’est pourquoi la ville a décidé de réimplanter des huîtres, censées bâtir une barrière de protection supplémentaire contre les futures catastrophes naturelles. Non, ce n’est donc pas pour les déguster ! J’ai adoré ce livre, qui est très qualitatif autant sur le savoir qu’il transmet que sur le style d’écriture. Il aide à comprendre de nombreux mots employés naturellement dans cette ville par les New Yorkais. C’est un livre qu’il faut avoir lu avant de se rendre en voyage dans cette ville pleine de surprises !

Ma note : 5/5

Soumettre un commentaire

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It