Le Regard, de Ken Liu DEMAIN…
Dans son registre, celui de l’investigation, Ruth Law est la meilleure. D’abord parce qu’elle est une femme, et que dans ce genre de boulot, on se méfie peu des femmes. Parce qu’elle ne lâche rien, non plus, ne laisse aucune place au hasard. Enfin, parce qu’elle est augmentée. De manière extrême et totalement illégale. Et tant pis pour sa santé, dont elle se moque dans les grandes largeurs — condamnée qu’elle est à se faire manipuler par son Régulateur, ce truc en elle qui gère l’ensemble de ses émotions, filtre ce qu’elle éprouve, lui assure des idées claires en toute circonstance. Et surtout lui évite de trop penser. À son ancienne vie… Celle d’avant le drame…
Et quand la mère d’une jeune femme massacrée, énuclée, la contacte afin de relancer une enquête au point mort, Ruth sent confusément que c’est peut-être là l’occasion de tout remettre à plat. Repartir à zéro. Mais il faudra pour cela payer le prix.
Le prix de la vérité libérée de tout filtre, tout artifice. Tout regard…

Le Bélial – 93 pages – 8,90 euros.

Une novella de science-fiction, mêlée à une intrigue policière, où les nouvelles technologies viennent en aide à une enquêtrice…

Je poursuis ma lecture des livres de la collection Une Heure Lumière créée par les éditions Le Bélial. Le Regard en est le neuvième, parmi un nombre qui ne fait que croître ! Alors, oui, je me demande bien quand est-ce que je vais pouvoir m’arrêter si le rythme des publications ne fait que s’accentuer. Je prendrais sur moi, puisque je ne suis que très rarement déçu par ces courts romans que je découvre !

Plus tôt dans l’après-midi, Jasmine avait reçu l’appel d’un homme. Robert. Ce dernier voulait réserver les services de cette call-girl qui donnait des rendez-vous à son domicile. Il était en bas de chez elle, à proximité d’une supérette. Jasmine ne pouvait qu’admirer les efforts vestimentaires de son client, habillé comme s’il se rendait à un rencard. Elle est même surprise par l’humour de cet inconnu, qui aide à la mettre en confiance malgré son expérience qui évolue après chaque visite. Elle ajusta ses bas, tout en mettant la touche finale pour être la plus présentable possible. Même la chambrée était fin prête, le lit king size affublé de draps propres. Elle ne lésinait pas sur les détails, elle qui souhaitait attirer des hommes de bonne grâce, en affichant une présentation impeccable sur la toile, avec des tarifs beaucoup plus élevés que d’autres filles moins intransigeantes.

Son rendez-vous allait durer deux heures. Ce qui lui laissait le loisir d’aller se doucher avant de regarder sa série favorite. Avant même que Robert ne frappe à la porte, elle lui ouvrit. Il était ravi de la trouver encore plus belle que sur son annonce, et fit même des compliments sur ses yeux. Elle cligne deux fois de l’œil droit en fixant Robert. Elle venait de prendre deux photographies qui pourraient lui servir en cas de problème. Mieux valait prendre toutes ses précautions quand on exerçait une telle activité, en étant seule qui plus est. À la fin de sa carrière, et si rien ne la force à ôter son implant avant cette date, elle pourra le retirer et s’en débarrasser pour que ses secrets disparaissent avec cet œil bionique. C’était pour elle une sécurité, une façon de se rendre plus sûr de soi. Jasmine aimait observer les gens qu’elle recevait, et son alliance ne lui échappa pas du regard. Voilà encore un détail d’importance. Un homme qui ne désirerait sûrement pas qu’on découvre ce qu’il s’apprêtait à faire. Du moins, c’était la conviction qu’elle avait…

C’est une enquête policière qui mène aussi sur le chemin d’une quête personnelle pour Ruth Law…

C’est avec un quatrième de couverture plutôt alléchant que je me suis lancé dans cette histoire. Ken Liu est un génie, selon les dires de Elizabeth Bear apposés au dos du livre. Et je dois dire qu’elle a raison. J’ai été stupéfait de la matière dont je suis rentré dans l’histoire, avec une efficacité certaine et une envie de m’enfoncer plus profondément dans cet univers qui tient ses promesses à mesure que j’y progressais. Le suspense est redoutable, accentué par une alternance de points de vue entre Ruth Law, la détective, et un homme surnommé le Surveillant. Ce dernier est le coupable de cette affaire, ce n’est pas un spoiler, puisqu’on le sait dès le début de l’intrigue.

Il est alors intéressant de suivre les élucubrations de Ruth pour tenter de mettre la main sur le suspect, avec des techniques bien à elle et complètement loufoques. Pour moi peut-être, surtout vu notre aspect actuel de l’évolution technologique. Ici, il y a clairement un bond en avant de quelques années puisque des inventions encore inconnues à ce jour sont présents dans cet ouvrage. Les idées sont bien trouvées, et demeurent dans le domaine du possible et du réaliste.

Avec Ken Liu, je suis entré dans un univers où la technologie s’accorde parfaitement avec les envies de quelques call-girls en terme de sécurité. Toutes ne prétendent pas à l’utiliser, faute de moyens ou même d’envie. Cette technologie dispose de ses propres limites, et c’est toute une réflexion qui est menée par l’auteur et qui m’a fait me rendre compte que ces fameuses call-girls sont malines. Dans cette histoire qui fait moins de cent pages, l’auteur a su intégrer une histoire follement intéressante avec des personnages exceptionnels. J’ai pu entrer dans leur tête avec facilité, alors qu’ils se livraient à exposer leurs passés respectifs et ce qui les a amenés à être comme ils le sont aujourd’hui. Ruth est celle qui m’a le plus touché, avec une histoire personnelle marquée d’un deuil, et l’emploi d’une technologie de façon détournée pour apaiser ses émotions.

J’ai été étonné du fait que le Surveillant avait lui aussi droit à son heure de gloire, avec des explications sur sa jeunesse faite de solitude. Le Regard met en lumière des sujets tels que la surveillance exacerbée, où il devient difficile de dissimuler sciemment ses actes les plus intimes, avec une pensée forte sur l’intégration de la technologie dans le corps humain. La modification des émotions et des ressentis et l’augmentation des capacités corporelles et musculaires peuvent effrayer tout comme aider des personnes plus faibles. Et cette novella humaine lance des réflexions alors qu’une course contre la montre s’engage…

Ma note : 4,5/5

Soumettre un commentaire

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It