Le démêleur de rêves, de Carina RozenfeldSur Sédora, comme sur les 101 planètes habitées par l’humanité et reliées entre elles par le Fil, plus personne ne sort de chez soi. La population a les yeux rivés sur ses écrans… en particulier sur le programme des Démêleurs de rêves.

Neven est un jeune Démêleur : il met en scène les songes des Rêveurs et les diffuse au grand public. Il est aussi le plus célèbre et chacun de ses films est attendu par des milliards de spectateurs à travers la galaxie. Comme tout le monde, il vit une existence recluse et répétitive, jusqu’au jour où un ancien Démêleur, GuidéOnn, le contacte afin de récupérer les rêves du sujet 1110.

Qui est ce Rêveur 1110 ? En quoi est-il si particulier ? Quel mystère se cache dans ses songes ?

Sa soif de réponses pousse Neven à briser sa routine, et à oser faire ce que l’humanité a oublié depuis longtemps : quitter son monde, emprunter le réseau de Fil, afin de découvrir l’univers et la vérité…

Scrineo – 448 pages – 17,90 euros.

Un roman sublime de poésie, entre space-opera et monde onirique !

Je tiens à remercier les éditions Scrineo pour l’envoi de ce roman. Avec ce nouveau programme, ce n’est pas un, mais deux romans traitant des rêves qui vont être publiés chez Scrineo ! Et ça, c’est quelque chose, c’est un événement auquel je ne pouvais pas manquer. La preuve, je suis là, au rendez-vous, pour découvrir cette histoire hors norme ! 😛

Elle se tenait au beau milieu de hauts piliers de roches grises. La silhouette de la jeune femme se voyait peu dans les ombres. Elle venait de découvrir une cavité, quelques heures plus tôt. Oralee avait effectué plusieurs fois le tour de la planète Journey, afin de dénicher un passage que personne n’aurait trouvé auparavant. Ce monde étant de couleur uniforme, beige et gris, il était difficile de trouver quelque chose qui ressemble à l’entrée d’une grotte. Toutes avaient déjà été visitées et pillées. Oralee croyait en sa bonne étoile pour la mener au bon endroit, là où elle pourrait dénicher un trésor qui la rendrait riche et capable de subvenir à ses besoins et à ceux de sa fille. Oralee avait eu la bonne idée de remonter le cours d’un canyon asséché pour parvenir jusqu’à ce lieu. Son insistance venait de payer, il ne restait plus qu’à visiter l’endroit et à prier pour trouver ce pour quoi elle et tant d’autres sont venus.

La découverte de ce canyon avait attrait au hasard, ou à la chance. Elle le remarqua lorsqu’elle s’arrêta pour recharger sa batterie interne. C’est ainsi qu’elle vit une petite balafre, masquée par d’autres rochers. La cellule photovoltaïque qu’elle portait sur le front absorbait l’énergie pour lui retransmettre ensuite. Malgré sa volonté sans faille, elle faisait partie des derniers pionniers à visiter cette planète meurtrie. Beaucoup de gens ont eu la même idée, et les moyens pour se payer un moyen de transport rapide. Oralee n’avait pas cette chance, et avait choisi un vaisseau de transport nucléaire, beaucoup moins coûteux, mais indéniablement plus long. Même si elle était partie avant tous les autres, il lui fallut cinq années pour venir à bout du voyage…

Une histoire qui prête à rêver, alors que des secrets émergent au cœur du sommeil…

Ce roman va peut-être bousculer mon trio de tête de mes meilleures lectures. J’y trouve des similitudes avec Le Papillon des Étoiles de Bernard Werber, mais avec une approche différente. Ici, le voyage dans l’espace n’est pas finalité en soi, ce ne sont que des passages utiles pour l’avancement de l’intrigue. J’ai été surpris par la tournure de cette histoire, et sa façon de mettre en scène les rêves. D’ailleurs, en terme de similarité, je peux même vous citer Boxap 13-07. Dans ce roman, il y a des tours vertigineuses où les gens vivent cloîtrés chez eux en passant leur temps à regarder des programmes sur un écran. Là, c’est quasiment la même chose. La population vit dans des tours, et le contact humain est devenu une aberration, plus personne ne prend la peine d’aller voir d’autres personnes dans la réalité. Chacun vit, confortablement installé dans son logement. Il faut dire que tout est fait pour ça ! Vous pouvez gagner de l’argent en laissant des commentaires après avoir vu des films, ou encore visionner des produits publicitaires à longueur de temps.

La sédentarité est donc un aspect important de cette société. Un homme célèbre, Neven, est Démêleur de Rêves. Il reçoit des rêves, de façon anonyme, parmi les rêveurs qui lui sont attitrés. Il va ensuite en extraire les images, le reconstituer pour en faire un film compréhensible avec un scénario qu’il aura imaginé ou déduit des rêves qu’il regarde. Sauf qu’un de ses rêveurs dispose de songes qui intéressent un homme, lui aussi très connu, dont la famille détenait un système de transport révolutionnaire. Que diriez-vous de vous rendre sur l’une des 101 planètes reliées entre-elles par le Fil ? Ce matériau, difficile à trouver, et dont on ignore tout de sa fabrication, permet de voyager sur des distances immenses en très peu de temps grâce à sa capacité à créer des courbures dans l’espace. Les années-lumière défilent avec une vitesse folle ! Derrière les songes d’un rêveur se dissimulent des secrets bien enfouis… Des rêves qui pourraient sauver une famille, et qui pourtant soulèvent bien des énigmes.

J’ai adoré les personnages de ce roman, que ce soit Neven, Elisha et son père Jethro. Eux sont des êtres humains à part entière, encore naturels. L’évolution technologique est immense par rapport à notre monde actuel, et les corps modifiés génétiquement ou grâce à des greffes d’appareils électroniques sont monnaie courante. Il y a là une vraie diversité de personnes, humains ou d’autres espèces, mais aussi culturelle. Chaque planète est différente, tant sur le plan paysager que sur la façon dont la société est façonnée. Les décors sont superbes, peu importe où l’on se trouve, et même des planètes en apparence banales peuvent révéler des richesses insoupçonnées. Ce roman est riche de détails et d’humanité, avec des protagonistes intéressants qui donnent envie de comprendre leurs histoires personnelles. Ce récit est un poème, une ode à la grandeur, à la beauté de l’espace et de tous les êtres qui vivent dans l’univers.

Ma note : 5/5

View this post on Instagram

A post shared by 📚 Quentin Turquet (@blog_acaniel) on

Soumettre un commentaire

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It