Juno, de Frédéric BonnotteLa Terre a été envahie par deux espèces extraterrestres qui ont choisi notre planète pour se combattre. Au milieu de cette guerre, les humains se font détruire. Il n’y a plus d’espoir. Sauf peut-être au cou d’un chien, Juno, une trousse contenant le remède à cette invasion. Cette trousse ira de mains en mains, de l’homme jusqu’à l’animal, dans l’espoir de sauver la Terre.

Le Lys Bleu Editions – 172 pages – 17,50 euros.

Une mission des plus difficiles pour toute une panoplie de personnages…

C’est un peu par hasard que j’ai découvert Juno, un récit que l’on peut apparenter à une novella ou un court roman. Frédéric Bonnotte, l’auteur de ce récit, est venu me proposer cette lecture un peu atypique. On vogue ainsi entre la science-fiction, le post-apocalyptique et le roman psychologique, au beau milieu d’un univers difficile et sans détours.

Juno était un chien. Malheureusement pour lui, il était là au mauvais endroit au mauvais moment. Un vaisseau stationnait dans le ciel. Il demeurait inerte, mais c’était avant de laisser échapper un faisceau violet qui frappa un véhicule tout proche de lui. La panique gagnait la foule, surtout que rien ne laissait présager une telle attaque. Des insectes mécaniques venaient de faire leur apparition sur un champ de bataille nouvellement formé, là où la paix régnait quelques instants auparavant. Juno se souvenait de son maître, lui aussi avait disparu sous les coups de ces êtres inconnus. Il ne lui restait rien d’autre que des souvenirs et une trousse que son maître lui avait légué. Il ne savait pas trop quoi en faire, à part sauver la mémoire et le destin que désirait son maître pour cet objet. Juno se rendit donc vers une habitation et se mit à gratter la porte d’entrée. Il savait que quelqu’un y résidait. Mais Juno était gravement blessé. Et sa mission était son unique objectif avant de trépasser. Transmettre cette trousse.

Mr Darwerder venait d’ouvrir sa porte. Il avait trouvé un chien devant chez lui, sans vie. Il ne pouvait pas laisser cet animal ainsi et décida de lui offrir une mort décente. C’est en le portant à l’intérieur qu’il remarqua la trousse qu’il portait à son cou. Mr Darwerder était un lâche. Il avait eu une vie particulière, et était manifestement mécontent de ses actes passés et de sa façon d’être. Il entreprit de creuser son jardin pour enterrer Juno et vogua dans ses pensées. Il fut ramené à la réalité par des bruits étranges qui lui faisaient penser aux insectes mécaniques, peut être venus pour l’attaquer. Mais il ne s’agissait pas de cela mais d’une autre menace. Trois hommes venaient de surgir chez lui

Des points de vue différents dans un monde au bord du gouffre après une terrible invasion…

Juno est une histoire à la forme intéressante. Les différents personnages que l’on va suivre ne font, souvent, que se croiser sans jamais vraiment demeurer aux côtés l’un de l’autre. Un seul lien les unit, une trousse mystérieuse qui recèle bien des interrogations. D’où vient-elle ? Personne ne le saura jamais vraiment. Mais elle semble bien avoir un effet des plus motivants sur les personnes qui croisent sa route. L’ambiance de ce monde, où tout a basculé à cause d’une invasion extraterrestre, est sombre voire glaciale par moments. Les mots choisis par certains personnages sont crus, une volonté pour ne pas biaiser le récit et se mettre davantage dans l’idée d’un monde dévasté. Certains protagonistes sont attachants, alors que d’autres – tel que Cravate par exemple – ne m’ont pas laissé bonne impression, surtout à cause du langage et de ses répétitions qui n’ont de cesse d’alourdir ses paroles.

Cette histoire n’est certainement pas un livre à fort suspense ou même aux actions incessantes. L’aspect explicatif et psychologique prédomine nettement. Il n’y a que peu de dialogues, mais énormément de pensées et de divagations des protagonistes. Ceci permet de s’enrichir d’un bon nombre de points de vue pour apprécier l’histoire au travers des passés et des ressentis de chacun. Il y a des scènes émouvantes, qui forment le point fort de ce texte. Des instants de doutes, d’errance et de questionnements qui se transforment en émotions. Ce récit véhicule beaucoup de messages sur la nature humaine, ainsi que sur la psychologie en règle générale. C’est surtout vers la fin que l’on comprend tout cela. Je m’étais d’ailleurs posé les bonnes questions au cours de ma lecture, sans pour autant imaginer une telle fin.

Juno est un court roman qui se lit facilement à l’aide d’un style littéraire accessible. C’est une lecture divertissante qui laisse matière à réflexion malgré le manque de suspense et d’actions pour réveiller un peu le récit dans des endroits où il se fait plus calme.

Ma note : 3/5

Commentaires

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It