En arpentant cet article, vous cherchez peut-être à comprendre le phénomène qui s’est déjà produit lors d’une de vos phases de sommeil ? Ou peut-être avez-vous envie d’essayer une expérience qui vous permettra de vivre votre premier rêve lucide. La curiosité n’est et ne sera jamais un vilain défaut qu’il faut condamner, alors si vous voulez en apprendre davantage, il ne faut jamais hésiter. Alors, commençons par le commencement…

Le sommeil se distingue au travers de ses différentes étapes. La première est l’endormissement, qui varie de beaucoup selon les individus, l’environnement et l’hygiène de vie. Le sommeil léger vient ensuite, où la température du corps diminue progressivement, en même temps que le rythme cardiaque s’apaise. Les étapes trois et quatre, qui correspondent au sommeil profond, sont d’une importance cruciale en ce qui concerne la récupération et la reconstitution du corps. C’est à ce moment que les cellules se régénèrent. Enfin, le sommeil paradoxal entre dans la partie. Il représente le cinquième et dernier stade d’un cycle de sommeil. Ici, le rythme cardiaque repart à la hausse, permettant ainsi au cerveau d’augmenter ses capacités.

Il faut savoir que les cycles qui s’enchaînent au cours d’une nuit de sommeil ne se ressemblent en rien. Le sommeil profond est plus long lors des premiers cycles, au dépend du sommeil paradoxal qui en est considérablement réduit. Le corps privilégie en effet sa récupération, et envisage dès le départ un scénario catastrophe : le réveil qui entraîne la privation de sommeil. Il faut alors prioriser les fonctions vitales pour être capable d’affronter une nouvelle journée. C’est au cours de la nuit que tout se modifie peu à peu. Le sommeil paradoxal va prendre davantage de place, tout en rognant sur le sommeil profond qui se fait moins important.

C’est alors que la magie opère. Le temps consacré aux rêves augmente à chaque nouveau cycle. De dix minutes de sommeil paradoxal, on peut aller jusqu’à une heure en fin de nuit ! C’est autant de temps qu’il est possible d’utiliser à bon escient pour faire de son sommeil une seconde vie. Chaque être humain, qui réalise des nuits correctes de sept à neuf heures, rêve quatre ou cinq fois chaque nuit. Au total, les rêves représentent dix pour cent de notre temps de vie. Pour une moyenne d’âge de 80 ans, on passe alors huit ans dans une dimension onirique tout à fait formidable…

Enfin, c’est moi qui le dit, et vous n’êtes pas obligé de me croire sur parole ! 😛

Introduction au Rêve Lucide, une Expérience Extraordinaire au cœur du Sommeil
On passe alors huit ans de notre vie dans une dimension onirique…

Sachez que durant ce laps de temps, il est possible de réaliser ce qu’on appelle un rêve lucide. Mais qu’est-ce que c’est que ce machin là ? Un rêve lucide exprime en réalité deux termes qu’il faut dissocier. Le rêve est une représentation mentale induite par le cerveau du rêveur, alors que la lucidité exprime un fonctionnement normal des facultés cognitives. En bref, vous êtes parfaitement conscient, capable de penser et d’agir comme bon vous semble, tout en étant dans un rêve. Et le petit plus, c’est que vous êtes évidemment au courant que vous vous trouvez dans un rêve et non dans la réalité.

Que peut apporter un rêve lucide ? Voilà que ça devient intéressant ! Le rêve lucide offre tout un panel de possibilités, allant de l’amusement pur et simple, jusqu’à former une véritable thérapie pouvant supprimer des peurs des plus ancrées. À vrai dire, le fait de se retrouver conscient au beau milieu d’un rêve devrait vous mettre sur la piste : on peut faire ce que l’on veut ! La lucidité confère des propriétés nouvelles au rêve, et permet donc d’agir sur l’environnement. Faire apparaître une forêt ? Se téléporter sur une île paradisiaque ? C’est cliché, peut-être bien, n’empêche que la seule limite est votre imagination. Vous êtes votre propre facteur limitant, votre propre frontière.

Le mieux que vous puissiez faire, c’est de préparer une sorte d’itinéraire auquel vous ne dérogerez pas. Les possibilités étant infinies, il est aisé de s’y perdre et de s’embrouiller l’esprit. Et quand ça sent l’embrouille, ça craint pour la lucidité ! Oui, parce que, faire un rêve lucide, ce n’est pas simple, et c’est d’autant plus compliqué de se maintenir en état. Ne pas savoir quoi faire peut vous faire retourner dans un rêve classique où vous perdez toute lucidité, alors que l’inverse peut provoquer une montée de l’excitation et favoriser un réveil non désiré.

Avant de se lancer dans l’aventure du rêve lucide, il faut savoir que cela demande de l’investissement et de la rigueur. Les résultats positifs peuvent survenir plusieurs mois après, ou même dès votre premier essai, ou  peut-être jamais, personne n’est pareil !

Cet article est une introduction, et me permettra de poursuivre ma lancée sur d’autres publications plus spécifiques qui aborderont toutes les possibilités – ou presque, je ne saurais être entièrement exhaustif – des rêves lucides, et des moyens mis en œuvre, comme des techniques, pour y parvenir. Il y a aussi tout l’aspect qui englobe le rêve lucide en lui-même, avec les astuces qui permettent de se maintenir en plein état de conscience et de profiter de l’instant. Je pense qu’à terme, peut-être que d’autres articles sortiront sur d’autres sujets autour du rêve lucide que je méconnais encore pour le moment. Il y a aussi l’histoire, et toutes les recherches qui étaient et sont menées sur ce phénomène, qui pourraient être intéressantes. Et surtout, d’autres expériences extraordinaires sont liées directement au rêve lucide, qui n’est qu’un préambule à bien d’autres aventures encore plus folles et irrationnelles, mais on en est bien loin ! 😛

C’est tout ce côté à la fois intrigant et mystique que j’apprécie dans les rêves lucides, avec cette sensation de franchir une frontière vers quelque chose de fort et de puissant. J’ai à mon actif quatre ou cinq rêves lucides pour le moment, étalés sur une période assez longue que je peux évoquer en années, ce qui ne fait pas de moi un rêveur lucide expérimenté, loin de là. J’ai aussi eu l’occasion de subir une paralysie du sommeil, qui fera aussi l’objet d’une autre publication, dont je ne garde pas un excellent souvenir !

Je m’intéresse, et j’espère en même temps vous intéresser à ce sujet qui tend à se développer dans les lectures qui me tombent sous la main et qui gagne à être davantage connu. Et surtout, si vous avez des questions ou des pistes de réflexion à me donner, je suis tout à fait disposé à échanger avec vous ! 😛

À très bientôt pour de nouvelles chroniques et de nouveaux articles ! 😀

Soumettre un commentaire

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It