Game of Thrones - Le Trône de fer, de George R.R. MartinAprès avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis qu’en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le duc Eddard Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s’est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L’heure est grave, d’autant qu’au-delà du mur qui protège le royaume depuis des siècles, rôdent d’étranges créatures.

J’ai Lu – 479 pages – 8,10 euros.

Une saga légendaire, une intrigue fourmillant de mille détails et des personnalités fabuleuses !

Je ne pouvais pas ne pas le lire, du moins le premier tome ! Tout de même ! Il fallait que je m’y essaie, surtout lorsqu’on aime autant cette série. Bon, d’accord, je n’ai vu que le début de la saga sous forme de série télé, mais quand même ! À vrai dire, j’avais un peu peur que ce format écrit soit complètement différent de l’idée que je m’en faisais. Surtout aussi que je n’aime pas tellement les styles d’écriture soutenus, et la pléiade de personnages que comporte cette série. Je me suis lancé, avec quelques points négatifs tout de même, mais aussi une très belle envolée dans cet univers légendaire ! Winter is coming…

Gared et ser Waymar Royce chevauchaient depuis neuf jours, s’éloignant de plus en plus du Mur, à la recherche d’une bande de pillards. Mais ils tombèrent sur des sauvageons, morts, au beau milieu de la neige et de ce temps hivernal sinistre. Gared n’aimait pas trop cela, et souhaitait juste rentrer pour ne plus avoir à observer le malheureux spectacle. Comme si ils étaient morts par un ennemi terrible, et aussi redoutable que le froid. Des hommes et des femmes, et leurs âmes givrées, dont la vie s’en était allée. Les ordres de Mormont étaient clairs, il fallait les tracer, mais voici qu’il n’y avait plus rien à faire désormais, puisqu’ils étaient là, gisant devant eux, inertes… Mais si le froid n’était-elle pas la cause de leur mort ? Le Mur suintait encore, signe que le froid n’était pas suffisamment mordant, pas assez vif pour entailler les chairs et les meurtrir. Alors, que, quelque part, les Autres se tenaient dans l’ombre, des armes spectrales à la main, que rien ne pouvait arrêter

La fin de l’été se laissait pressentir, avec un léger froid qui commençait lentement à s’installer. Bran était bien entouré, et surtout très heureux de pouvoir accompagner les siens. Son âge lui permettait désormais d’apercevoir de nouvelles choses dans sa vie, et de contempler la justice du roi alors que sonnaient ses sept années en ce monde. C’était grâce aux histoires contées par la Vieille Nan que Bran put comprendre les paroles de Robb. C’était un sauvageon, sûrement lié à Mance Rayder, roi qui exerçait ses pouvoirs au-delà du Mur, qui allait rencontrer la justice en ce jour. La Vieille Nan n’était pas avare en détails, et ces gens apparaissaient comme de la pire espèce, ne comptant plus leurs crimes et leurs atrocités… C’est ainsi que Bran vit son premier mort, ainsi que sa première décapitation, et cela ne semblait pas tellement lui déplaire, fasciné qu’il était

Un univers aussi complexe que passionnant, alors que des destins en rencontrent d’autres, et mettent en péril des vies autour de complots sanglants…

Cette lecture n’est pas mon entrée en matière dans l’univers de Game of Thrones, puisque j’avais déjà eu l’occasion de regarder les premières saisons de la série télévisée éponyme. Alors oui, certaines scènes du livre ont de suite révélé des plans imagés que j’avais déjà aperçus. Mais c’est plutôt bon signe, au moins, l’histoire coïncide et fourmille de davantage de détails dans sa version écrite. Bon, j’avoue, j’avais déjà eu un peu de mal à m’y faire avec le nombre de personnages lors de mes visionnages, alors là, bon, c’est encore plus difficile à appréhender lorsqu’on doit se fier à des descriptions physiques, parfois beaucoup trop vagues ou complètement tronquées. Je le sais, c’est ma bête noire, fichez-moi plein de protagonistes et je plonge dans les eaux sombres jusqu’à m’y noyer, pourtant, j’ai tenté de me sortir la tête de l’eau à maintes reprises, et, heureusement, cela a fonctionné. J’ai dû mettre de côté certains personnages secondaires, dont l’importance est minime, et dont les apparitions ne changent pas réellement le cours de l’histoire. Car, je dois l’avouer, cette saga m’avait carrément emballé, et j’avais vraiment envie d’essayer de lire le premier tome.

J’avais été conseillé par certains de mes collègues, dont les avis divergeaient, surtout sur le style d’écriture soutenu utilisé par l’auteur. Je dois rarement employer un dictionnaire lorsque je lis, mais là, j’ai dû le consulter à quelques reprises pour étoffer mon vocabulaire et saisir l’ensemble des scènes de ce premier opus. Voilà pour l’instant critique pure, des choses que j’ai le moins appréciées dans cette lecture. Au-delà de la difficulté de se plonger dans l’intrigue, je trouve qu’une fois que l’on prend le temps de connaître chaque personnage important, – d’ailleurs, la liste donnée au début du livre mériterait d’être étoffée – et de se laisser prendre au jeu, on tombe rapidement accro au point de vouloir découvrir le point de vue suivant. Car oui, on vogue entre différents personnages, chacun ayant ses propres ambitions. Et à parler d’ambition, dans le Trône de Fer, c’est quand même quelque chose ! Aucun ne va se laisser abattre, et il n’y a d’ailleurs aucune limite à la poursuite de ses objectifs, aussi sanglants et cruels soient-ils. Ce n’est pas un roman à mettre entre toutes les mains, âmes sensibles s’abstenir. La vie ne tient parfois qu’à un fil, et d’autres scènes, toutes aussi crues, peuvent se montrer ci et là !

Je dois dire que j’ai quand même adoré pouvoir découvrir cette série d’une autre façon. J’ai imaginé les décors et les actions sans aucun mal, et l’on oscille entre plusieurs existences, et plusieurs endroits de ce monde. Des forteresses du nord, à la limite du Mur, où va très vite se retrouver Jon Snow, en compagnie de son fidèle compagnon, Fantôme, la Compagnie Noire va devenir sa nouvelle et vraie famille. Et même si la rudesse de ses entraînements ne va pas lui rendre la vie facile, un dénommé Sam, bien plus malchanceux et terriblement attachant, viendra lui aussi goûter à la vraie vie. Alors que, d’autres points de vue nous entraînent aux côtés de Viserys et de Daenerys, ainsi que de Khal Drogo, chef du clan des Dothrakis. Ceci sans oublier Catelyn Stark, ainsi que Eddard Stark, dont la famille nombreuse n’est pas sans rappeler le bâtard d’Eddard, que Catelyn n’apprécie guère… C’est une intrigue fabuleuse, avec tant de complots, d’alliances entre familles, de revirements de situation et de scènes fortes ! Que dire de la découverte des loups-garous, et surtout de Fantôme ? L’injustice qui frappe le jeune Bran en plein cœur ? De l’abominable Viserys et de l’étrangeté de leur lignée ? De l’impressionnante hauteur du Mur ? De la vie parfois écœurante du roi Robert ? Ce premier tome est une pépite, qui mérite qu’on s’y attarde, et qu’on y prenne le temps nécessaire pour appréhender l’ensemble des détails qu’il recèle.

Ma note : 4/5

Quentin

Blogueur littéraire

A propos de l'Auteur

Chroniques audiovisuelles, escapades culturelles et chroniques littéraires des littératures de l'imaginaire : Science-fiction, Fantasy et Fantastique - SFFF.

Voir les Articles