Fantastique

Endgame : L’Appel, de James Frey et Nils Johnson-Shelton


Endgame : L'Appel, de James Frey et Nils Johnson-SheltonENDGAME EST UNE RÉALITÉ. ENDGAME A COMMENCÉ.

Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L’humanité toute entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d’années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre et résoudre la Grande Énigme. Si aucun n’y parvient, nous sommes tous perdus.

Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques, ils ne sont pas immortels, mais ils sont entraînés !

Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions…
Cependant, il n’y aura qu’un seul vainqueur.
Ce qui sera, sera…

Gallimard – 544 pages – 19,90 euros.

Un premier tome prenant aux personnages attachants.

Bon, d’accord, ce n’est peut-être pas le roman du siècle, mais j’ai tout de même passé une sacrée bonne lecture. Premièrement, par sa capacité à rentrer rapidement dans l’histoire sans se poser une myriade de questions sur l’univers, et aussi par ses personnages, qui portent l’intrigue tout en donnant envie de suivre leurs aventures aussi loin que possible…

Les chapitres sont concis – certains ne font qu’une page – et les pages s’enchaînent sans trop s’en rendre compte. Même si ce première tome en impose par sa taille et son poids, il ne faut pas s’en effrayer !

Douze adolescents et jeunes adultes, de treize à vingt ans, sont préparés depuis leur naissance à Endgame. Pour la plupart tout du moins, car certains ont été contraints de devenir des Joueurs contre leur gré, suite à l’Inéligibilité du précédent Joueur. Tous issus de peuples et de lignées différentes, chaque Joueur doit se battre pour que sa lignée demeure en vie après la fin de Endgame. Et comme il ne peut y avoir qu’un seul vainqueur, toutes les autres lignées auront forcément disparues.

Endgame a une base philosophique – oui, quand même 😛 – dans le sens où ce jeu a été inventé dans les confins reculés du temps, avec un objectif bien défini. Le jeu se déclenchera dès lors que la race humaine aura trop profité des ressources de la planète, et ce dernier servira à réduire la population de manière drastique. De telle sorte à enrayer le phénomène et à repartir sur une base saine. Chacun doit donc se battre pour sa propre survie, dans ce jeu où il n’y a aucune règle, à part apporter trois clés, récupérées dans un ordre bien précis. Ici, pas d’arènes comme dans Hunger Games, c’est dans le monde réel que tout se passe dès le départ. Au milieu de la population, des forces de l’ordre, de sa famille et des lieux mystérieux qu’ils vont devoir visiter pour résoudre la Grande Énigme.

Et alors que les Joueurs ne sont encore au courant de rien, tranquillement installés chez eux, ou effectuant leurs activités quotidiennes, des météorites tombent du ciel. Entre les ravages qu’elles causent et leur signification, il n’y a aucun doute, Endgame est lancé, dans la cruauté comme dans l’effroi. Et tout ne fait que débuter…

Les auteurs développent des personnages hauts-en-couleur dans ce premier tome. Il y en a qui sont mis en avant et d’autres légèrement en retrait, mais cet écart est le plus minime possible. J’ai adoré Sarah Alopay, An Liu, Chiyoko Takeda, Jago Tlaloc et Christopher, le petit ami de Sarah qui ne veut pas la laisser Jouer toute seule. Dans une telle intrigue, les personnages ont une place majeure, et on passe chaque chapitre à suivre les aventures des personnages, indépendamment les uns des autres – sauf s’ils sont ensembles dans le cadre d’une alliance, c’est une évidence. 😀

L’écriture est fluide, et le sujet en lui-même est très intéressant. On visite des lieux méconnus de notre propre planète, sans qu’on ne s’y soit attardé auparavant. Forcément, cela apporte une note non négligeable de réalisme au récit. Les auteurs vont encore plus loin en évoquant la religion, le propre de l’être humain et les liaisons amoureuses qu’il peut créer, avec leurs conséquences. J’apprécie la diversité de l’histoire, que ce soit en terme de protagonistes comme de lieux visités, et même des rencontres qu’on y fait. Comme il n’y a pas de règles, pourquoi ne pas se faire aider par d’autres personnes après tout ?

Endgame : L’Appel est une bonne découverte, sans pour autant prendre la tête de mes romans favoris. Ce premier tome permet de se lancer dans une lecture intéressante et mouvementée, qui sait monter ses atouts pour enchaîner sur la suite sans se poser trop de questions.

Ma note : 4/5

Fantasy
La Part des Ombres – Tome 1, de Gabriel Katz
Fantasy
Arcadia (intégrale), de Fabrice Colin
Philosophie
L’homme qui voyait à travers les visages, de Eric-Emmanuel Schmitt
  • Morgana (Deedr)

    Un ami l’avait lu et nous en avions parlé un petit moment. Son avis rejoignait pas mal le tien : il avait aimé sa lecture, mais elle n’entrait pas dans le panthéon de ses lectures préférées, en gros 😀 Du coup, je n’en avais clairement pas fait une priorité de lecture. Si j’en ai l’occasion un de ces quatre, j’y jetterais bien un œil cependant, les thèmes ne sont pas pour me déplaire 🙂


  • Quentin

    Il faut le lire ne serait-ce que pour les personnages et les thèmes abordés. Le travail de documentation a dû être laborieux, et ça rend l’intrigue « plausible ». A ne pas lire d’urgence donc, mais quand tu auras une période où les sorties seront plus calmes, pourquoi pas. =P


Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)