Dystopie

Divergente – L’Insurrection, de Veronica Roth


Divergente - L'Insurrection, de Veronica RothLe monde de Tris a volé en éclats.

La guerre a dressé entre elle les factions qui régissent la société, elle a tué ses parents et fait de ses amis des tueurs.

Tris est rongée par le chagrin et la culpabilité. Mais elle est Divergente. Plus que tout autre, elle doit choisir son camp.

Et se battre pour sauver ce qui peut encore l’être.

Nathan – 461 pages – 16,90 euros.

Une suite à l’intrigue complexe et déroutante !

Après le final du premier tome qui ne manque pas de suspense ni d’action, nous voici repartis dans les aventures de Tris, Caleb, Tobias, Marcus et Peter. J’ai été très agréablement surpris par cette lecture, qui sait jouer avec nos émotions et laisser entendre quelques mystères à propos de la Clôture et de ce qui peut bien se dissimuler derrière elle, à l’extérieur. C’est comme si la perception de l’univers s’ouvrait peu à peu, préparant des révélations dont on ne connaît pas encore la substance. Ce qui nous attire irrémédiablement vers le troisième et dernier tome de cette saga… 😛

Dans le train qui les conduit chez les Fraternels, nos personnages principaux se remémorent les récents événements : la simulation lancée sur les Audacieux, la quête qui les a amenés vers le disque dur et ses données primordiales et la mort de Will, qui hante toutes les pensées de Tris. Arrivés sur place, Johanna va les accueillir et appeler des médecins pour soigner la blessure de Peter et prendre soin de ses nouveaux arrivants, parfois blessés lors de leur dernière opération.

Leur présence ne passera pas inaperçue, et il faudra que les Fraternels prennent une décision collective concernant l’arrivée d’Audacieux sur leur secteur. Ces derniers n’auront pas le choix que de respecter des règles strictes, sans quoi ils seront soumis aux conséquences qui s’imposent selon les situations. Tout ne va pas être tout rose pour nos protagonistes, et les querelles comme les rancœurs feront leurs apparitions. Ce qui va les mettre dans de bien mauvaises postures, alors que le sérum de vérité peut délier toutes les langues, ou presque.

C’est dans ce contexte qu’ils vont devoir élaborer un plan pour faire tomber Jeanine et ses simulations, alors que les Altruistes posséderaient des révélations capables de déchaîner les passions, même des plus téméraires.

Une ambiance suffocante dans un univers cruel…

Rien ne ménage nos personnages dans ce second tome. Les enjeux sont immenses, et Jeanine ne lâchera pas aussi facilement ses simulations et ses recherches pour les rendre plus efficaces encore. On assiste à une montée en puissance impitoyable de Jeanine et de ses alliés : la moitié des Audacieux, considérés comme des traîtres et une large partie des Érudits. Des déchirements auront lieu, et des personnages qui paraissaient fidèles vont montrer leurs vrais visages.

On découvre également la vie des sans factions, ceux qui ont tout perdu lors d’initiations échouées, de choix personnels ou inévitables, et d’enfants nés dans cette situation délicate de vivre à l’écart des cinq factions sans pouvoir tenter sa chance de faire partie de l’une d’elles. Ils ont leur manière de s’organiser et une volonté de fer concernant l’avenir qu’ils convoitent.

L’intrigue se complexifie et gagne en profondeur. Des personnages se révèlent et changent de comportement. C’est le cas de Tris qui suit ses propres instincts sans se poser les questions qui devraient l’être avant d’agir. Ce qui causera de nombreux regains de tension entre elle et Tobias. Surtout que sa culpabilité d’avoir tué Will ne cesse de l’étouffer. Mais la mort rôde, cruelle et indomptable, et elle devra encore effectuer des choix et les assumer en conséquence.

J’ai beaucoup apprécié les scènes où des Érudits expliquent à Tris le fonctionnement de son cerveau et ce qui fait d’elle une Divergente. De nombreux rebondissements rendent la lecture tellement vivante qu’il est difficile de lâcher prise. On ressent de l’appréhension, puisque chaque dirigeant de sa faction doit prendre des décisions importantes pour l’avenir de son peuple, alors que chacun y va de se propre opinion et de ses propres envies. Et même si on finit par s’y perdre entre les passages incessants des très nombreux personnages, l’intrigue nous mène vers un final difficile mais libérateur.

Ma note : 4/5

Dystopie
La Dernière Guerre – 49 jours, de Fabrice Colin
Fantasy
La Part des Ombres – Tome 2, de Gabriel Katz
Essai
Le Nouveau Dictionnaire de l’Impossible, de Didier Van Cauwelaert

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.