Chimaeris, de Eric Tourville« La première chose qu’il vit, ce fut le symbole rouge au-dessus de la porte d’entrée. Une étoile à cinq branches dans un cercle dont le lieutenant ignorait la signification. L’impression angoissante d’être devant les portes de l’Enfer. »

Dans l’hiver glacial du Vermont, pas très loin de Salem, une maison abandonnée, quatre cadavres de petites filles carbonisés, la cinquième a disparu… l’enquête commence. La presse joue la piste pédophile, la police, celle de la sorcellerie. Et si ce n’était qu’une chasse à l’homme dont le gibier était l’Homo sapiens ?

Slatkine & Cie – 512 pages – 21,90 euros.

Un roman édifiant qui met en lumière des faits mystérieux dans une ambiance au suspense vivifiant !

Je tiens à remercier les éditions Slatkine et Compagnie pour l’envoi de ce roman. Il y a quelque temps sur le blog, je vous parlais de cet auteur nommé Éric Tourville et de son roman Émergence. Cette lecture m’avait marqué par son caractère réaliste. Cette anticipation d’un futur proche offrait des possibilités presque immédiates et des évolutions dans le quotidien, jusqu’à une prise de conscience majeure et non humaine… Alors, forcément, je suis tellement ravi de pouvoir vous parler de cet autre roman ! 😀

Le lieutenant Fremont écoutait la météo à la radio tout en conduisant. Vers huit heures du matin, un appel vint éveiller son téléphone portable. Il décrocha et entendit une voix au timbre particulier, de celui qui glaçait le sang. Quelque chose de grave s’était produit. Il s’empressa de rejoindre le lieu donné par l’homme qui l’avait appelé. Il aperçut un grand type aux yeux pâles qui tenait un fusil de chasse, aux côtés de son chien. Il attendait sur le bord d’un chemin en pleine campagne, alors que le froid commençait sérieusement à se faire ressentir. L’homme commença ses explications dès lors que Fremont approcha. Il était parti en forêt et en était sorti pour aller dans les marécages. Il cherchait des colverts pour agrémenter sa chasse jusque là infructueuse. Tout à coup, son chien, nommé Bear, se mit à aboyer et à courir en direction de la ferme du vieil Higgins. Son maître n’a eu d’autre choix que de le suivre pour voir ce qui agitait autant son animal…

Il entra dans la propriété, et en ressortit presque aussitôt. Une nausée intense le prit, plus jamais il n’aurait envie de retourner dans cet endroit sordide. Tout en se frayant un passage dans la végétation, l’homme conduisit le lieutenant vers la bâtisse en question. Mais il refusait de s’en approcher de trop près. La vue de la ferme dérangeait Fremont. Son architecture particulière lui donnait une ambiance glauque. L’homme se planta sur place, à bonne distance. Fremont n’avait d’autre choix que de progresser pour découvrir ce qui perturbait autant cet individu. Il aurait voulu ne pas y aller, mais le choix ne lui appartenait pas. Il avait choisi son métier, avec tous les inconvénients qu’il comportait. Sur le porche de la ferme, Fremont distingua un pentagramme. Il ressentait une nette impression de pénétrer dans les Enfers. Quand il entra, il fut surpris par cette odeur atroce. On aurait dit un mélange de viande carbonisée, d’excréments et de produits chimiques.

Un récit aux rouages dévastateurs qui écrasent tout sur leur passage !

Une lecture exceptionnelle. Sans aucun point faible. Je n’ai pas chercher la petite bête, mais là je suis épaté par cet auteur qui, par deux fois, m’a fait vibrer et m’a emmené bien loin de mon quotidien. Cette histoire est prenante dès le départ. Tous ces éléments mystérieux qui se mettent en place lentement, toutes ces questions que je me suis immédiatement posées et cette capacité qu’a l’auteur de disséminer avec tact de petites révélations et de petites avancées pour apaiser une curiosité grandissante. Mais elle est insatiable. Il est difficile de décrire l’ambiance qui règne dans ce roman, tellement celle-ci est teintée de scepticisme et d’horreur à glacer les sangs. Des meurtres monstrueux, inhumains, dans un lieu malsain qui plus est, et dont le passé n’est pas glorieux et même entouré d’une sphère mystique. Les enquêteurs ne sont pas au bout de leurs surprises, et cette affaire est celle de leur vie. La plus importante qu’ils n’aient jamais traitée.

Même les personnages sont incroyablement bien étudiés et décrits. Fremont est le personnage principal de cette intrigue, mais d’autres vont venir presque lui voler la vedette. D’autres points de vue vont se mettre en place pour permettre d’apercevoir d’autres facettes de l’histoire. Il y a des personnes qui se retrouvent pris dans une affaire qui ne les concernait pas initialement et qui vont se retrouver plongés dedans jusqu’au cou. Je ne peux que m’incliner devant le sang froid de certains protagonistes au-devant de ce qu’ils doivent supporter. Même les anti-héros bénéficient d’une personnalité, même si l’un d’entre-eux est tout de même légèrement dégénéré mentalement, ça arrive de péter les plombs ! Tout au long de cette lecture, j’ai eu la sensation que quelque chose de plus gros encore allait se produire, que l’affaire n’en était qu’à ses balbutiements. Et j’ai eu raison.

Comment voulez-vous lâcher des mains un livre pareil ? J’ai eu du mal à passer à autre chose, je voulais retourner lire et l’achever le plus rapidement possible. Malgré sa taille volumineuse, il n’aura pas vécu plus de trois jours. J’ai adoré ce sentiment de lire un roman qui me faisait penser à Luca, un roman de Franck Thilliez, mais aussi à Darkness on the Edge of Town dans l’univers de Stranger Things. Sans vouloir trop vous spoiler l’intrigue, il y a une jeune fille dotée de pouvoirs surnaturels étonnants qui partage des similitudes avec Eleven. Forcément, j’ai adhéré de suite à ce récit incroyable et fou à la fois. Plus ma lecture progressait, et plus je me sentais pris au piège. Je ne sais que dire du final de ce roman, tellement il est de haute voltige ! Des secrets qui se brisent, des incursions dans le monde réel – le projet SETI, des batailles menées dans l’ombre entre les États-Unis et la Russie, des faits historiques secrets défense et j’en passe ! Éric Tourville a cette capacité à prendre des éléments réels pour créer une histoire à la fois immersive et intéressante culturellement. Vivement le prochain ! 😛

Ma note : 5/5

4 Commentaires

  1. Et bien ! Ce n’est habituellement pas le type de lecture que je recherche mais ton avis m’a clairement inspiré ! Je le lirai certainement pour voir de quoi il retourne ; merci pour ce retour !

    • Quentin Répondre

      Merci à toi pour ton retour, j’espère qu’il te plaira. 😁

  2. Pingback: [Bilan] C’est parti pour la rétrospective d'Août ! – Acaniel

  3. Pingback: The Fiction Day #12 – 5 romans au suspense saisissant ! – Acaniel

Écrire un commentaire

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It