Aeternia - La Marche du Prophète, de Gabriel KatzLeth Marek, champion d’arènes, se retire invaincu, au sommet de sa gloire. Il a quarante ans, une belle fortune et deux jeunes fils qu’il connaît à peine. C’est à Kyrenia, la plus grande cité du monde, qu’il a choisi de les élever, loin de la violence de sa terre natale. Lorsqu’il croise la route d’un culte itinérant, une étrange religion menée par un homme qui se dit prophète, l’ancien champion ignore que son voyage va basculer dans le chaos.

Dans le panier de crabes de la Cité mère qui prêche la Grande Déesse, où les puissants du Temple s’entredévorent, une guerre ouverte va éclater entre deux cultes, réveillant les instincts les plus noirs. La hache de Leth Marek va de nouveau tremper dans le sang…

Scrineo – 436 pages – 20 euros.

 

Attention coup de cœur !

Quelle couverture originale (sur la jaquette de Scrineo au format broché évidemment), quelle intrigue, quel suspens à en faire pâlir les grands auteurs de ce monde… Je surjoue ? A peine. Je suis plutôt du genre à prendre le temps de lire, mais celui-ci m’a fait décaler mon emploi du temps : il fallait le finir, au plus vite !

J’ai été enchanté dès l’ouverture de ce roman. Prenant toujours place dans l’univers créé par Gabriel Katz et après avoir servi de décor au « Puits des Mémoires » ou encore à « La Maîtresse de Guerre« , nous voici dans l’après bataille des libérateurs contre la cité d’Azman.

Notre héros, un champion d’arène bien connu de tous à Morgoth, décide de mettre un terme à sa carrière après dix saisons de victoires. Ses duels l’ont rendu riche, tellement qu’il a pu investir un million d’écus dans l’achat d’une résidence au cœur de la cité des érudits, de la mode, de la connaissance et des arts : Kyrenia.

Quoi rêver de mieux alors que son ex-compagne lui envoie des deux fils – que notre héros, Leth Marek, n’a plus jamais revu peu après leur naissance – pour suivre une éducation de choix. Mais tout ne va pas se dérouler comme prévu. Une simple altercation va alors transformer la vie de Leth Marek et de sa famille en enfer. Au prix du sang et des trahisons, c’est au cœur d’une guerre de religion qu’il s’est engouffré.

Un roman entre fantasy et guerre psychologique…

Le pari était risqué. Faire de la religion le sujet central d’une série est assez surprenant. Ça l’est d’autant plus quand on se rend compte que cela fonctionne, et même très bien ! J’ai retrouvé la construction des personnages aussi bien menée que dans le Puits des Mémoires. Ces derniers sont nombreux, mais certains méritent qu’on y porte toute notre attention. Entre Leth Marek, un colosse que rien n’arrête ; Nessirya, prêtresse métisse du nouveau culte d’Ochin qui compte bien convertir les fidèles de la Grande Déesse ; Desmeon, le combattant doué d’un égo surdimensionné et les autres tels qu’Ismaen et Varian font parti de mes coups de cœur tellement l’empathie que j’éprouve et leur réalisme me surprennent.

Mais comme dans toute guerre, il y a deux camps. Et prendre parti est très difficile dans ce roman qui nous malmène ! Entre les coups bas politiques, les trahisons, la terreur psychologique qui règne en maître, les travers des soldats et des hauts représentants du Temple, rien ne semble aussi stable que l’on voudrait. J’ai trouvé ça génial, les pertes de repères nous bousculent dans notre lecture dès les premières pages. « La Marche du Prophète » est un roman vivant, qui nous fait réagir et qui ne peut laisser indifférent !

On regrettera toujours le manque de descriptions, je ne cesse de le répéter en parlant de Gabriel Katz. Mais notre imagination fait le travail en retour pour nous permettre de visualiser au mieux cette sublime intrigue. Même si j’ai aussi une autre impression en lisant cet auteur, tous les hommes – en tout cas une large majorité – dégradent l’image de la femme, même si cela peut parfois les sauver dans le contexte.

En bref, ce premier tome nous assène un sacré coup ! Prévoyez quelques heures devant vous avant de commencer votre lecture, car l’intrigue débute en rythme, sans attendre que vous soyez bien installé. C’est une belle découverte, et aussi un beau rattrapage après le raté de « La Maîtresse de Guerre« . Il ne me reste plus qu’à découvrir le second tome de cette série Aeternia, car oui, des mystères nécromantiques demeurent sans réponse, et je déteste ne pas savoir…

Vous pouvez retrouver d’autres avis sur ce roman par ici : L’ours inculte, Blog-o-livre ou encore Livresse.

Commentaires

Ne ratez rien des nouveaux commentaires ! =)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It